En immersion avec les hommes d’élite du RAID à Montpellier

Fabien 4 décembre 2017 0
En immersion avec les hommes d’élite du RAID à Montpellier

« DOSSIER DE LA RÉDACTION – Opérationnelle à Montpellier depuis l’automne 2016, l’unité d’intervention de la police a ouvert ses portes à Midi Libre. Reportage au sein d’une unité d’élite qui s’entraîne à faire face au pire. 

 

Deux coups de boutoir, un craquement, quelques cris. Le faisceau lumineux d’une lampe torche, qui balaye le haut de l’immeuble. Et puis des silhouettes noires, lourdement chargées, qui descendent l’escalier d’un pas calme. « Tout s’est bien passé » lâche l’une d’elle. Il est 6 h 10, dans cette cité sensible de l’Hérault, et les hommes de l’antenne RAID de Montpellier ont fini leur mission du jour : arrêter, pour le compte du SRPJ, un malfaiteur réputé dangereux.

 

Dans l’appartement, l’individu est désormais en garde à vue, aux mains des enquêteurs de la brigade criminelle. Ce type d’opération, les policiers du RAID de Montpellier en effectuent pratiquement toutes les semaines, depuis la création de l’unité, annoncée au printemps 2016 par Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur.

 

Près de 40 kilos sur le dos

Un gilet pare-balles qui arrête les plus gros calibres : 25 kg. Un casque : 4 kilos. Un bouclier : 25 kg. Au total, les  policiers du RAID, lorsqu’ils sont « en lourd », c’est à dire en tenue d’intervention, portent entre 35 et 40 kilos de matériel et d’armement sur eux.

Un vrai défi physique, lorsqu’il faut parfois attendre pendant des heures avant de passer à l’action, et être ensuite prêt à courir, à grimper, à escalader. Et une contrainte pour les entraînements, où il faut aussi éviter et limiter les risques de blessures pour l’organisme.

 

Banditisme, forcenés, mais aussi terroristes : la vingtaine d’opérateurs du RAID Montpellier est depuis septembre 2016 régulièrement sollicitée pour des arrestations aussi rapides que discrètes, dirigées par des magistrats antiterroristes parisiens. En Occitanie, mais aussi parfois en renfort, à plusieurs centaines de kilomètres d’ici.

Ce fut le cas en novembre, pour l’arrestation d’un réseau islamiste soupçonné de préparer un attentat.

 

« On a une équipe de quatre personnes prêtes à partir immédiatement, 24 h/24 » explique le jeune capitaine qui dirige l’unité, discrètement installée dans des locaux très sécurisés à Montpellier. Des monospaces noirs, rapides et puissants, de l’armement, de l’équipement, et des hommes prêts à rejoindre le service en moins de dix minutes la nuit. « On sait qu’en cas de déclenchement d’une tuerie de masse, en moyenne, une personne est tuée toutes les minutes et demi » précise l’officier. Or le territoire à couvrir immédiatement est vaste et représente l’équivalent du Languedoc-Roussillon.  »En cas d’urgence, on a des moyens aériens » pour être conduits en hélicoptère sur les lieux de l’intervention. Les autres antennes du RAID sont loin : Toulouse et Marseille. Celle de Montpellier a été créée pour améliorer la couverture du territoire, après les attentats de Paris.

 

Reproduire les situations de crise

Au quotidien, le RAID de Montpellier s’entraîne dur, en reproduisant des situations de crise inspirées de faits réels. « On est toujours à la recherche de lieux propices, des bâtiments devant être démolis, où on peut agir dans les conditions du réel » explique l’officier. Et les exercices communs avec les autres forces de police ou de gendarmerie locale, comme récemment à la future gare de la Mogère, ou au théâtre de la Mer de Sète se multiplient. « On a tout à gagner à travailler ensemble, pour rôder les techniques et mieux se connaître ». Et être prêt, au cas où.

 

 

Armement – Au stand de tir

 

« Au signal, deux cartouches dans l’épaule droite, deux dans la gauche. Go ! » Les détonations claquent et les impacts s’alignent,sur les cibles distantes d’une quinzaine de mètres. Au minimum une fois par semaine, les opérateurs du RAID tirent plusieurs dizaines de cartouches. Avec leur arme de poing : un Glock, calibre 9 mm. Mais aussi avec leurs fusils d’assault, des HKG 36, calibre 5.56, équipés de chargeurs de 30 balles, pouvant tirer au coup par coup ou en rafale. Autre armes au Raid: des fusils pour les snipers, pouvant atteindre à de longues distance des cibles hostiles.

 

« On est pas des super-héros »

« Bien sûr qu’on risque notre vie. Mais on a l’entraînement pour ça, et quand on intervient, on sait que c’est risqué. Les collègues qui sont en police-secours, eux, ils ne savent jamais sur quoi ils vont tomber. » La modestie n’est pas que de façade. Plutôt grandes gueules et rigolards en dehors des missions, les policiers du RAID  que nous avons rencontrés n’ont rien à voir avec des têtes brûlées. « On a tous des caractères forts, parce qu’il en faut pour entrer dans une pièce où quelqu’un t’attend pour te tirer dessus » reconnaît François, 42 ans, au RAID depuis 12 ans.

« On sait qu’on est le dernier rempart. Mais on n’est pas des super-héros. Le but, c’est que ça se termine bien. » Fils de flic, François est entré dans la police « par vocation, c’était soit militaire, soit policier. » Après avoir rencontré des collègues des GIPN, les groupes d’intervention qui préexistaient aux antennes RAID, il décide de passer les tests. « Les psychologues sont là 24h/24, pendant une semaine. Pour détecter les phobies, qui sont éliminatoires : claustrophobie, phobie aérienne ou peur de l’eau. Mais aussi pour trouver un profil type: ils voient comment on réagit à une mise en échec, à la fatigue. »

 

« Dans ces cas là, tu vois sans regarder »

Ce qui lui plait dans ce métier ? « La richesse humaine. On est toujours à la recherche de la perfection, car on n’a pas droit à l’erreur, ni pour les victimes, ni pour les collègues, ni pour nous-mêmes. » Côté moyens matériels et entraînements, « on est privilégiés par rapport aux collègues généralistes. Mais c’est normal pour intervenir correctement : s’il faut récupérer un suicidaire au bord d’une fenêtre, on ne peut pas se permettre d’avoir des cordes usées »

La cohésion du groupe est capitale : « On fait beaucoup de debriefing, on ne cache pas les défauts : la vie de chacun dépend des collègues ». Brian, 38 ans, est été sélectionné pour le RAID il y a sept ans, après avoir débuté en brigade anti-criminalité, en région parisienne. « Je suis entré dans la police par hasard, après avoir été portier en discothèque. J’ai toujours aimé l’action, j’ai pris le poste le plus chaud possible à la sortie de l’école, j’ai pas été déçu. »

 

Au RAID, « on arrive à faire ça, parce qu’on n’est pas tout seul. » Il a été de ceux qui sont interventions contre Mohamed Merah, les frères Kouachi, l’Hyper Casher, et Abaoud, à Saint-Denis.

Il a été blessé par une balle tirée par le tueur de Toulouse : « Tout le monde savait que ça allait être carton. Sur toutes les dernières grosses interventions, on s’est dit qu’on n’allait peut-être pas tous revenir. On sait que les terroristes veulent mourir en embarquant le plus possible d’entre nous avec. Mais si nous on n’y va pas, personne n’ira. » De ces moments où il faut passer à l’action forte, ils gardent les mêmes perceptions. « On voit tout ce qui se passe autour, mais on est un peu dans une bulle » explique Brian. « Dans ces cas là, tu vois sans regarder » confirme celui qui veut qu’on l’appelle l’Ancien, au RAID depuis 2013. Il a fait partie du groupe d’assaut monté par une échelle au premier étage du Bataclan.

 

 

 

« L’antenne de Montpellier n’a pas été créée pour rien »

« Quand on arrive sur place, on voit des cadavres sur les trottoirs, des gens qui crient, des secours dépassés.On sait qu’on n’est pas là pour secourir les gens. Dans la tête, tu es déjà dans ton assaut, en sachant qu’en face, ils veulent mourir en martyr et que ça va être le combat. On est comme dans un couloir, on n’a pas le temps d’avoir peur. » Pour lui, le plus dur, dans ce drôle de métier, c’est la nécessité de devoir analyser rapidement une situation. « Quand on progresse dans l’étage du Bataclan, on découvre une cinquantaine d’otages, à genoux, dans les bureaux.

Et nous, on est sûr de rien. Il peut y avoir des preneurs, parmi les otages. Eux, ils ne comprennent pas pourquoi on les braque. Et certains sont tétanisés par la peur, et n’arrivent pas à lever les bras. C’est là qu’il faut voir, réfléchir et analyser vite. »

Tous disent leur fierté de faire partie du RAID, à Montpellier comme ailleurs. « Ici, on est un petit groupe, mais la façon de travailler est la même. On sait que l’antenne de Montpellier n’a pas été créée pour rien. Il y a du boulot dans toute la région. » Et Brian insiste, encore : « On a une vraie fierté de faire ce job, mais personne n’est irremplaçable.

Le Raid, c’est une grosse machine. »

 

Dans le Gard, opération grandeur nature au milieu des adolescents

« Bon, j’en ai une qui fait un malaise, ils demandent à la déconfiner » soupire Bérangre Dessailem. « Bien sûr » répond l’officier. « A chaque fois on a des gens qui ont des réactions extrêmes, à cause du stress, ou parce que ça fait écho à leur histoire personnelle. » Il est 14 h, à la maison  Rurale de Gallargues (Gard), un établissement privé associatif sous contrat, qui accueille 250 élèves. Objectif du jour : résoudre une crise majeure.Deux agresseurs armés ont investi les bâtiments, l’un a été abattu par la police municipale, l’autre a pris des otages. Les élèves sont enfermés dans leurs classes avec leurs professeurs ou cachés dans leur chambre, comme les consignes de sécurité le prévoient depuis les attentats parisiens.

En condition réelle

« Depuis deux ans, on doit faire ce type d’exercice une fois dans l’année » précise la directrice. « Avec le Raid, ça permet de le faire sous stress, même si l’objectif n’est pas d’ancrer les peurs ». A 16 h, la colonne du RAID a achevé sa lente progression dans le couloir de l’internat, vérifiant chambre après chambre, libérant les otages, et abattant le terroriste. « Quand je les ai vus face à moi, j’étais pas bien » avoue Medhi, le dernier à retrouver la liberté face aux armes et aux casques lourds  de l’unité d’élite. Au tour de la directrice de faire son débriefing avec des filles et des garçons impressionnés par les armes  et les tenues noires.

Les bons gestes

« Je vous remercie pour votre sang-froid. Demain,  dans votre milieu professionnel, vous pourrez vous retrouver face à des situations complexes, à des personnes violentes, même si ce ne sont pas des terroristes. Il est important d’avoir les bons réflexes. » Se confiner, se protéger, mettre son téléphone sur vibreur. « On a pu contacter tout le monde, 10 minutes après, on avait une vision claire de qui était là ou pas. Il faut aussi rester patient: vous avez vu qu’il faut du temps au RAID pour arriver. Mais ils vous ont tous libérés en deux heures. » »

 

 

Source : Midi libre.fr – article écrit par François Barrere

Photos © Michaël Esdourrubailh

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top