Le patron du RAID et des GIPN :  » Coulibaly ne souhaitait pas négocier »

Fabien 13 janvier 2015 0
Le patron du RAID et des GIPN :  » Coulibaly ne souhaitait pas négocier »

 « Comment avez-vous vécu ces trois jours ?

JEAN-MICHEL FAUVERGUE. C’était une semaine de folie. Près de 200 fonctionnaires de la FIPN, qui coordonne le Raid et les GIGN, ont été mobilisés, mercredi et jeudi, pour aider les services antiterroristes, dans la Marne et dans l’Aisne, qui traquaient les frères Kouachi. Vendredi matin, tout s’est accéléré lorsque ces derniers ont dérobé une voitureavant de filer en direction de Paris et d’entrer dans l’imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). Et vers 13 heures, Coulibaly a fait irruption à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes (Paris XXe). Soixante-dix fonctionnaires de la FIPN et 35 autres de la BRI (brigade de recherche et d’intervention) nationale, qui ont vocation à recueillir les otages, sont arrivés sur place.

Quels renseignements aviez-vous sur Coulibaly ?

Nous savions qu’il s’agissait d’un meurtrier radicalisé, fortement armé, en possession d’explosifs et qui avait déjà tué au moins quatre personnes. Un témoin nous l’avait dit et un responsable du magasin avait conservé des images vidéo sur son téléphone. Nous y avons vu les cadavres et Coulibaly équipé d’un gilet pare-balles. Nous savions qu’il faudrait donner l’assaut, car le preneur d’otage ne souhaitait pas négocier. Nous devions agir avant les gendarmes à Dammartin pour préserver la vie des otages. Mais les frères Kouachi sont sortis et nous avons été obligés d’accélérer le mouvement.

Comment s’est déroulé l’assaut ?Le tout n’a duré qu’une minute. Une colonne est entrée par la porte arrière du magasin en la faisant sauter. Mais de nombreux obstacles gênaient notre progression. Coulibaly a ouvert le feu. Devant l’entrée principale, deux autres colonnes ont ouvert la porte et jeté des grenades incapacitantes. Un policier s’est glissé alors avec un bouclier, pour protéger les otages qui étaient dans le fond du magasin. Coulibaly a chargé vers l’entrée du supermarché et il a été criblé de plombs avant d’être abattu.

Quels enseignements tirez-vous de ces trois jours ?C’est la plus grosse affaire de prise d’otages par des terroristes en France. Le précédent qui s’en rapproche le plus, par le nombre d’otages, c’est l’affaire HB (Human Bomb, le surnom du preneur d’otages) à Neuilly-sur-Seine. En 1993, un déséquilibré avait pris des enfants en otage dans une école. Mais alors, nous n’étions pas confrontés à un terroriste. Nous avons aussi tiré des enseignements de l’affaire Merah et de l’étranger. Nous avons désormais affaire à des gens qui ont déjà tué et qui ne se rendent jamais. Ils essaient de gagner du temps et, au final, chargent la police pour faire le plus de dégâts possible. C’est un mode opératoire constant à l’étranger.

Comment voyez-vous l’avenir ?

La menace est à un haut niveau. Depuis un peu moins d’un an, nous sommes à la disposition des services antiterroristes et nous arrêtons régulièrement des gens très dangereux, les jihadistes à leur départ et à leur retour des zones de guerre. La restructuration de la FIPN a porté ses fruits. Nos moyens, organisés autour d’un état-major et un seul chef, avec près de 450 hommes, nous permettent de faire face à des attaques multiples de grande ampleur. Nous avons des antennes sur tout le territoire et nous travaillons en coopération avec les gendarmes du GIGN.

 

 

Source : LeParisien – article écrit le 13 janvier 2015 par Julien Constant

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top