FIPN – Coupures de presse


Fusillade à Charlie Hebdo : intervention du Raid à Reims

Fabien : 8 janvier 2015 21 h 38 min : ACTUALITES, Coupures de presse – FIPN

« Des policiers du Raid, lourdement armés, ont mené une opération dans un immeuble du quartier Croix-Rouge de Reims, peu après minuit. Dans la vidéo, les passants curieux sont mêlés aux policiers.

Peu après minuit, une vingtaine du policiers du Raid ont mené une perquisition dans un immeuble du quartier Croix-Rouge, à Reims. Une équipe armée sécurise le périmètre à distance. Plus tard dans la vidéo, on voit des agents équipés d’armes lourdes et de boucliers se déplacer parmi des passants.

Après avoir fait l’objet d’une première inspection, l’appartement est investi par des agents de la police scientifique, que l’on peut apercevoir à travers la fenêtre dans la vidéo. Plusieurs piétons curieux sont réunis en bas de l’immeuble. »


Source : RTL.FR – article écrit par Elodie Le Maou, Rémi Pin / AFPTV / AFP  le 08 janvier 2015

Laisser une réponse»


Charlie Hebdo : interventions du Raid et du GIPN à Reims et Charleville-Mézières

Fabien : 8 janvier 2015 10 h 51 min : ACTUALITES, Coupures de presse – FIPN

« Reims, France | AFP | mercredi 07/01/2015. Des opérations ont été menées par le Raid et le GIPN dans la nuit de mercredi à jeudi à Reims et à Charleville-Mézières, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat contre Charlie Hebdo, sans apparemment déboucher sur des interpellations, a constaté l’AFP.
Une vingtaine de policiers du Raid lourdement armés ont pénétré peu après minuit dans un immeuble du quartier Croix-Rouge de Reims, et en sont ressortis une dizaine de minutes plus tard.

Des hommes de la police scientifique en combinaisons blanches leur ont succédé, pour effectuer des relevés et prendre des photos, derrière des rideaux blancs, au premier étage de l’immeuble.

L’opération se déroulait dans une ambiance surréaliste, des dizaines de badauds de tous âges s’étant rassemblés devant l’immeuble et prenant des photos de la scène.

D’après des témoins, deux perquisitions simultanées ont eu lieu dans d’autres secteurs du quartier.

« Tuer des gens, c’est pas l’Islam. Si les coupables sont du quartier, il faut que les flics fassent leur travail », a confié Hakim, 34 ans, l’un des habitants venus assister à la première intervention citée.

Un officier du Raid avaient annoncé vers 23H00 le lancement imminent d’une opération à Reims, en observant que le résultat en était incertain.

Les policiers « vont partir en opération », avait déclaré l’officier à l’AFP.

Une bonne vingtaine de véhicules de police avaient ensuite quitté une caserne de CRS où ils s’étaient regroupés pour se rendre dans le quartier.

D’après une source proche du dossier, les opérations à Reims tenaient plus de « perquisitions et de vérifications » de lieux rattachés aux suspects, que d’une opération visant à des interpellations.

Une autre source proche du dossier évoquait une « opération de police, en aucun cas un assaut, ce sont des vérifications de domiciles liées à l’environnement des trois criminels recherchés ».

Des policiers ont aussi mené mercredi des perquisitions à Strasbourg et dans plusieurs villes de la région parisienne. Ces opérations n’avaient donné lieu à aucune interpellation en fin de soirée, selon des sources policières.

A Charleville-Mézières, une vingtaine de voitures banalisées transportant des hommes en cagoule, certains avec l’écusson du GIPN sur leur blouson, ont pénétré dans le parking du commissariat central entre 00H15 et 01H15, selon un photographe de l’AFP sur place.

L’opération dans la préfecture des Ardennes, non confirmée de source policière, semblait terminée, les hommes étant en train de ranger leur matériel.

« Trois criminels » sont « à l’origine » de l’attaque contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, avait déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, à l’issue d’une réunion de crise à l’Élysée.

Selon une source proche du dossier, la police recherche deux frères d’une trentaine d’années, dont un avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak. Un troisième homme, âgé de 18 ans, figure parmi les suspects. »

 

Source : tahiti-infos.com – article écrit le 07 janvier 2015

Laisser une réponse»


  Avignon : arrestation de deux djihadistes présumés

Fabien : 8 novembre 2014 9 h 13 min : ACTUALITES, Coupures de presse – FIPN

« ENQUETE – Deux jeunes avignonnais, djihadistes présumés, ont été arrêtés ce jeudi. Ils sont soupçonnés d’avoir prétexté un séjour en Turquie pour rejoindre les rangs des combattants islamistes en Syrie. La mère de l’un d’eux assure que son fils ne présentait aucun signe de radicalisation.

 

L’équipe du GIPN a investit très tôt ce jeudi le quartier sensible avignonnais Monclar. Accompagnée d’une brigade du RAID, les forces de l’ordre sont reparties avec deux hommes de 25 et 26 ans. Ils sont soupçonnés d’avoir combattu cet été auprès de groupes djihadistes en Syrie.

 

La maman de l’un d’eux a confirmé que son fils était parti « en Turquie, en juillet, un mois et demi, avec son copain pour changer d’air ». Interrogée par des journalistes de l’AFP, elle ignore ce que son fils et l’autre jeune homme placé en garde à vue ont fait durant ce séjour.

 

« Jamais de problèmes avec la police »

 

Cette mère de famille, qui élève seule ses deux enfants, réfute tout signe de radicalisation de son fils. « Il vit normalement […] il s’amuse avec ses copains, il met de la musique, il se parfume ». Le jeune homme n’aurait jamais abordé en sa présence, le sujet du conflit syrien. Toujours selon sa maman,  le prévenu n’aurait « jamais eu de problème avec la police ». Ce dernier serait actuellement en recherche d’emploi dans le secteur de la vente.

 

En France, un millier de personnes seraient concernées par le djihad en Syrie et en Irak. Ce chiffre comprend les combattants actuels, de retour ou décédés ainsi que les candidats au départ. Pour contrer le phénomène, le ministère de l’Intérieur français a mis en place une plateforme Internet  de signalement de « radicalisation violente » ainsi qu’un numéro vert : 08.00.00.56.96. »

 

Source : Metronews.fr – article écrit le 07 novembre 2014 par Stéphane Burgatt

 

Laisser une réponse»


Le mari, la femme et la belle-sœur soupçonnés de terrorisme dans la région d’Elbeuf

Fabien : 4 novembre 2014 20 h 41 min : ACTUALITES, Coupures de presse – FIPN

« Arrestation. Trois personnes, suspectées d’appartenir à une filière jihadiste, ont été appréhendées ce mardi matin dans la région d’Elbeuf par les policiers de la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) et du Raid.

Ce mardi matin, les policiers parisiens de l’antiterrorisme et leurs collègues du Raid, ont interpellé trois membres d’une famille soupçonnés d’être en lien avec une entreprise terroriste

Ce mardi matin, les agents de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) et les policiers d’élite du RAID (Recherches-Assistance-Intervention-Dissuasion) ont procédé à l’interpellation en Seine-Maritime de trois personnes « en lien avec la radicalisation islamiste ». Ils ont été arrêtés, au petit matin, à Elbeuf et à Saint-Pierre -lès-Elbeuf.

Ces trois Seinomarins – un homme, son épouse et sa belle-sœur âgés de 24 et 25 ans – sont soupçonnés d’appartenir à une filière jihadiste.

Des investigations pilotées par un juge antiterroriste

« Interpellés sans difficultés », selon une source proche des investigations, les trois membres de cette famille ont été conduits à l’hôtel de police de Rouen, où leur garde à vue leur a été notifiée. Ils ont ensuite été transférés au siège de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le parquet de Paris confirme qu’ils sont entendus dans le cadre d’une information judiciaire ouverte l’été dernier pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Les investigations sont pilotées par un juge d’instruction du pôle antiterroriste de Paris. La garde à vue de ces deux femmes et de cet homme, déjà connus des services de police et de la justice, peut durer jusqu’à 96 heures.

Ces interpellations interviennent 24 heures après les révélations de RTL, qui s’est procurée une note confidentielle de la DGSI. D’après le contre-espionnage français, plusieurs tentatives d’attentats ont été déjouées en France ces derniers mois. Les jihadistes voulaient notamment frapper les villes de Lille (Nord), Nice (Alpes-Maritimes) et en Ile-de-France. Ces révélations n’ont pas été démenties par Bernard Cazeneuve. Invité à réagir, le ministre de l’Intérieur a précisé : « Je ne confirme aucune note classifiée. Ce n’est pas moi qui dois les rendre publiques, le ministre de l’Intérieur comme de la Défense sont soumis à des obligations. Mais j’affirme que tous les jours, les services de la sécurité intérieure démantèlent des réseaux et déjouent des actes qui pourraient être dramatiques ».

C’est à Nice que le projet terroriste semblait le plus avancé. Un homme, arrêté au mois de février sur la Côte d’Azur en possession d’explosif capable de produire l’effet de plusieurs dizaines de grenades, projetait de commettre un attentant lors du carnaval qui devait démarrer deux jours plus tard. Le suspect venait tout juste de rentrer de Syrie. Il aurait expliqué à la DGSI qu’il envisageait de mener une opération aussi spectaculaire que celle survenue lors du marathon de Boston en avril 2013.

 

Le mari s’apprêtait à rejoindre les rangs de Daech en Syrie

Pour l’heure, on ignore exactement les motivations des trois Seinomarins interpellés. Rien ne filtre des auditions menées par les policiers de la DGSI. On ignore si les suspects s’apprêtaient à commettre des attentats, ou si des actes préparatoires avaient déjà été entrepris. Selon nos informations, l’homme, converti à l’Islam comme son épouse avec qui il a deux enfants, s’apprêtait à rejoindre les rangs de Daech en Syrie. Il était en contact régulier avec des gens qui y sont déjà. « Une chose est certaine, commente une source policière. Si les agents de la DGSI ont fait appel au Raid, c’est qu’ils avaient de bonnes raisons de penser que les trois jeunes gens pouvaient être armés et dangereux. » Les investigations se poursuivent. »

Source : www.paris-normandie.fr – article écrit par Baptiste Laureau le 04 novembre 2014

Laisser une réponse»


Trois attentats déjoués à Lille, Paris et Nice

Fabien : 3 novembre 2014 19 h 15 min : ACTUALITES, Coupures de presse – FIPN

« Plusieurs projets d’attentats ont été déjoués en France ces derniers mois. C’est la radio RTL qui a révélé l’information, dévoilant une note de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

«Tous les jours, les services de la sécurité intérieure démantèlent des réseaux et déjouent des actes qui pourraient être dramatiques», a fait savoir lundi matin le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur RTL. Il réagissait aux révélations de la même radio, qui a dévoilé une note de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) selon laquelle plusieurs attentats ont été déjoués par les forces de l’ordre en région parisienne, dans le Nord et à Nice.

D’après le document nommé «Projets d’actions terroristes en lien avec les filières syriennes», trois hommes partis en Syrie ont été arrêtés alors qu’ils projetaient de commettre des attentats contre la France.

Il voulait attaquer le Carnaval de Nice

Le projet le plus sérieux était celui d’un homme arrêté en février sur la Côte d’Azur. Selon la note de la DGSI, il était en possession de triperoxyde de tricycloacétone, un explosif artisanal connu pour avoir été utilisé à Marrakech, lors des attentats de 2011.  D’après RTL, le suspect, Ibrahim B. envisageait une action aussi destructrice que celle menée en avril 2013,lors du marathon de Boston , qui avait fait trois morts et des centaines de blessés. Lui visait le carnaval de Nice. Il a été arrêté deux jours à peine avant l’ouverture des festivités.

Le second attentat a été déjoué il y a un an, à Lille. Lyes D. a été arrêté en possession d’un mode d’emploi expliquant comment confectionner une bombe. Il avait également avec lui une note religieuse indiquant pourquoi il devait mener une action suicide. «Il venait de rentrer de Syrie, via le Liban, où il avait préparé une action contre des intérêts chiites. Il se renseignait sur des cibles en France en vue d’une action kamikaze», indique le document de RTL.

Enfin, en juillet, un homme avait été arrêté en Ile-de-France. «Le Parisien » indique que Mohamed O. rentrait de Syrie après avoir séjourné dans les rangs de l’Etat islamique lorsqu’il a été interpellé à Créteil. Il était, d’après le quotidien régional, devenu une cible prioritaire, à tel point que Manuel Valls avait parlé de lui sans le nommer, dans le passé, expliquant qu’il était «l’un des auteurs de projets d’attentats déjoués». D’après une source diplomatique citée par «Le Parisien», il aurait eu pour «mission de se faire exploser contre des enceintes chiites sur le sol libanais». Mais il aurait abandonné le projet au dernier moment. A son retour en France, il aurait passé de longues heures sur Internet à rechercher des informations sur les méthodes de Mohamed Merah  et  Mehdi Nemmouche , se renseignant également sur les lieux chiites implantés en France. Le jeune homme de 20 ans nie cependant toutes les accusations à son encontre. « 

 

 

Source : Paris Match – article écrit par REUTERS/Vincent Kessler  le 03 novembre 2014

Laisser une réponse»


Toulouse: 200 policiers pour une opération antidrogue

Fabien : 7 octobre 2014 8 h 26 min : Coupures de presse – FIPN

« Une vaste opération a débuté ce lundi matin dans le quartier de la Reynerie au Mirail. Plusieurs personnes ont été arrêtées. 

Effectif impressionnant déployé à Toulouse. La police a déclenché une vaste opération antidrogue ce lundi matin, principalement dans le quartier sensible de la Reynerie au Mirail, a-t-on appris de sources policières.

Environ 200 policiers de divers services, dont 70 à 80 hommes de la Force d’intervention de la police nationale (FIPN) à laquelle appartiennent notamment le Raid et les GIPN, ont entamé dès 06h00 des perquisitions et procédé à des interpellations, a expliqué une source proche de l’enquête.

L’opération était toujours en cours dans la matinée et le nombre des interpellations n’était pas encore officiellement connu. Toutefois selon un responsable de l’enquête, le coup de filet « est fructueux avec sans doute une dizaine d’interpellations ».

Le trafic de drogue a donné lieu ces derniers de mois à Toulouse à plusieurs règlements de compte mais  » il ne faut pas, pour l’instant faire d’amalgame entre cette opération et les enquêtes en cours », a ajouté la même source proche de l’enquête.

Au Parquet de Toulouse, on précise que l’opération en cours a été « déclenchée dans le cadre d’une information judiciaire liée à des trafics de stupéfiants et association de malfaiteurs distincte de l’enquête sur les assassinats.

 

Quatre hommes tués depuis décembre 2013

La Dépêche
 affirme pour sa part que ces arrestations ont eu lieu « dans le cadre de l’enquête sur les règlements de comptes qui ont fait quatre morts entre décembre 2013 et août 2014,aux Izards, à Beauzelle et au Mirail ».

Quatre hommes ont été tués par arme à feu, parfois à la kalachnikov depuis décembre 2013, et deux autres tentatives d’assassinat ont été enregistrées, évoquant des règlements de compte en relation avec le trafic de stupéfiants.

En décembre et janvier 2013 et janvier c’est au quartier des Izards, dans le nord de la ville que les deux premiers meurtres ont eu lieu. Au mois d’août deux autres hommes ont été tués par balles en deux jours à Toulouse.

Un Toulousain de 29 ans, , récemment incarcéré pour tentative de meurtre, a d’abord été criblé de balles de kalachnikov à Beauzelle, dans la banlieue nord-ouest de la ville rose. Le lendemain, un homme de 24 ans connu pour violences aggravées, trafic de stupéfiants et autres associations de malfaiteurs, a été froidement abattu dans un quartier sensible du Mirail. »

Source : www.lexpress.fr- article écrit le 06 octobre 2014

Laisser une réponse»
« Page 1, 2 »
Top