GIPN – Coupures de presse


Un nouveau commissaire de police et un chef du GIPN à La Réunion

Fabien : 17 septembre 2017 14 h 29 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« La Réunion accueille un nouveau commissaire de police et un nouveau chef du GIPN : Jérôme Besse et Gérard S. Ils ont pris officiellement leurs fonctions aujourd’hui, lors d’une cérémonie au commissariat du Chaudron.

 

Ils affichent leurs ambitions et leur satisfaction de travailler sur le Département. Jérôme Besse et Gérard S. débarquent à La Réunion.

Respectivement commissaire de Police et chef du Groupe d’intervention de la Police nationale (GIPN), ils confient leurs premières impressions.

 

Commissaire Jérome Besse, chef du Service d’intervention d’aide d’assistance et de proximité (Siaap) :


« Une très belle situation avec des fonctionnaires qui ont une très grande volonté d’être au service des Dionysiens et des Réunionnais en général, car ils ont aussi une vocation départementale. C’est toujours agréable d’arriver dans un service et de voir des personnes dans un état d’esprit très positif. »


Le commissaire de police reste toutefois lucide sur la réalité du terrain.

« Ce serait mentir de dire que c’est idyllique, mais nous sommes justement là pour ça, pour travailler à la résolution de ces problématiques, et j’ai une grande confiance que l’on puisse y arriver. »

 

Capitaine Gérard S., chef du Groupe d’intervention de la Police nationale (GIPN)

« Après 13 ans passés au Raid en Métropole, j’arrive ici au GIPN de La Réunion avec le même type de mission de protection : la protection des populations, mais aussi des missions à haut risque, sur les prises d’otages, des forcenés, des tueries de masse. Et sur des missions plus traditionnelles en appui avec nos collègues policiers locaux. »

 

Missions traditionnelles ou à haut risque

« Le groupe dont j’ai pris la tête est d’un bon niveau, très professionnel. Après, c’est chaque situation de crise qui va nous permettre de voir si nous sommes opérationnels ou pas. » »

 

 

Source : linfo.re – article écrit le 15 septembre 2017 par Manuel Yepes

Photo © Stéphane Bommert

 

Laisser une réponse»


Ouragan Irma : à quoi servent les renforts de sécurité envoyés à Saint-Martin ?

Fabien : 13 septembre 2017 13 h 38 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé lundi l’envoi de forces de sécurité supplémentaires sur l’île. Quel rôle vont-elles jouer ? Franceinfo fait le point. 

 

La polémique gronde après le passage de l’ouragan Irma. Les habitants des îles dévastées de Saint-Barthélemy et Saint-Martin craignent une multiplication des pillages. « Le nombre de forces déployées aujourd’hui sur Saint-Martin est considérable. Nous allons avoir sur place près de 2 000 personnes dans la journée », a assuré  le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, lundi 11 septembre.

 

« Parmi ces forces, le GIGN, le GIPN, les légionnaires », a précisé le ministre. Ces équipes « vont débarquer dans un instant. Nous avons des forces pour essayer d’éviter les pillages », a-t-il ajouté. Mais quel rôle vont jouer ces personnels de sécurité supplémentaires envoyés sur l’île de Saint-Martin ? Franceinfo fait le point.

 

Sécuriser la population, l’aéroport et le port de Saint-Martin

Plusieurs équipes des antennes du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) et du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) ont été envoyées sur l’île de Saint-Martin, afin de renforcer les missions de sécurité sur place. Karine Lejeune, porte-parole de la gendarmerie nationale, précise à franceinfo que 34 gendarmes de trois antennes GIGN différentes sont actuellement déployés à Saint-Martin. Vingt militaires d’antennes GIGN de métropole doivent les rejoindre très prochainement. Sept membres du GIPN Antilles-Guyane ont été envoyés à Saint-Martin en parallèle, explique à franceinfo Isabelle Tomatis, directrice départementale de la sécurité publique de Guadeloupe.

Les premières missions des gendarmes et policiers envoyés en renfort à Saint-Martin consistent à protéger les sinistrés et leurs biens, afin d’éviter de nouveaux pillages sur l’île. Mais les militaires des antennes GIGN auront également pour « mission principale » la « sécurisation de l’aéroport et du port » de Saint-Martin au cours des prochains jours, explique Karine Lejeune.

« Ce sont deux infrastructures sensibles. Nous risquons d’avoir une population très importante qui va se déplacer vers l’aéroport et le port. Nous aurons sûrement des mouvements de foule importants sur place.

Karine Lejeune, porte-parole de la Gendarmerie nationale« 

L’objectif des militaires du GIGN sera ainsi de « renforcer les gendarmes départementaux et gendarmes mobiles » sur ces lieux, précise la porte-parole. Ces équipes pourront également « être engagées sur d’autres missions de sécurisation de population ou de déplacement de convois », « en fonction des besoins et des circonstances », poursuit Karine Lejeune. Les membres du GIPN, de leur côté, seront sûrement amenés à assister le groupe de protection du chef de l’Etat lors de son déplacement à Saint-Martin mardi, précise Isabelle Tomatis.

Poursuivre les interpellations 

Les équipes des antennes GIGN et du GIPN envoyées à Saint-Martin vont également poursuivre le travail d’interpellation  sur place. Selon le ministre de l’Intérieur, interrogé par France 2 lundi, il a déjà « dû y avoir une dizaine d’arrestations » à Saint-Martin, depuis le passage dévastateur de l’ouragan et la multiplication des pillages les nuits suivantes.

Les militaires des antennes GIGN devront également rechercher et interpeller des individus identifiés comme dangereux à Saint-Martin, qui pourraient tenter de monter dans des avions pour quitter l’île, note Karine Lejeune. Ces équipes devront ainsi surveiller les vols, afin de s’assurer qu’aucun individu « ayant un passé judiciaire » et connu comme dangereux tente de s’échapper.

 

Déployer plus de moyens, du fret et des vivres

Envoyés en renfort à Saint-Martin, les légionnaires mentionnés par Gérard Collomb lundi « seront déployés pour renforcer la sécurité des opérations de secours » sur l’île, précise l’Etat-major des armées sur son compte Twitter.

Au total, « un état-major et trois compagnies sont déployés à Saint-Martin », précise le ministère de la Défense dans un communiqué lundi. « 150 hommes du 3e régiment d’infanterie étrangère (Légion étrangère, Guyane) » sont sur place, ainsi que « 100 hommes du 33e régiment d’infanterie de marine (Martinique) » et « 165 hommes du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (Carcassonne) ». Leur mission ? « Patrouiller et participer à la sécurisation des sites sensibles, des convois logistiques et bien sûr des populations face aux éventuelles exactions ou tentatives de pillage », explique le ministère de la Défense. Ces militaires travailleront « en lien » avec les forces de sécurité intérieure.

Mais les missions de l’armée ne sont pas uniquement sécuritaires. Deux avions de transport militaire A400M, envoyés de métropole, ainsi qu’un avion Casa et un hélicoptère Puma « effectuent des rotations, notamment pour amener 40 000 rations de combat », précise le blog Défense globale  de La Voix du Nord. Le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre partira quant à lui de Toulon (Var) mardi.

Selon le ministère, il doit apporter à Saint-Martin quatre nouveaux hélicoptères militaires et « des moyens lourds du Génie pour participer aux travaux de reconstruction, du matériel et des véhicules de la sécurité civile et de la gendarmerie ainsi que 1 000 tonnes de fret et de vivres ». Ce bâtiment de projection et de commandement comprendra également « les capacités d’un véritable hôpital flottant, avec des équipes médicales expérimentées, deux blocs opératoires et plus de 70 lits médicalisés ». « 

Source : Franceinfo – article écrit le 12 septembre 2017

Laisser une réponse»


Homme retranché au Port : le GIPN a maîtrisé l’individu, fin de l’intervention

Fabien : 26 août 2017 11 h 30 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Les forces de l’ordre et les sapeurs-pompiers étaient mobilisés au Port ce mercredi pour un homme retranché dans un appartement situé allée Emile Cohl. Les hommes du GIPN se sont rendus sur place. Ils sont passé à l’action et ont maîtrisé l’individu, quelque peu agité. Il a été évacué par les pompiers. L’intervention est terminée.

19h15 : Les membres du GIPN, qui se sont rendus sur les lieux ont donné l’assaut peu après 19h15. L’individu, un gramoune quelque peu agité, a été rapidement maîtrisé. Il a été évacué par les sapeurs-pompiers. L’intervention est terminée.

Alertés en début d’après-midi, les forces de l’ordre et les sapeurs-pompiers se sont rapidement rendus au bas d’un immeuble situé allée Emile Cohl au Port.

Un homme s’est retranché dans son appartement pour une raison qui reste inconnue. Selon les témoignages recueillis sur place, cet homme serait fragile psychologiquement.

 

Les hommes du GIPN appelés en renfort

Peu après 17h30, les hommes du GIPN (Groupe d’Intervention de la Police Nationale) sont arrivés sur les lieux afin de raisonner l’homme retranché dans son appartement depuis plusieurs heures. »

 

 

 

Source : Linfo.re- article écrit le 23 août 2017 par Lucie Touzé  

Photo © Stéphane Bommert

Laisser une réponse»


Cambriolages à Ducos : sept arrestations mardi

Fabien : 14 juin 2017 8 h 00 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Opération coup de poing, mardi 6 juin au matin, au squat de Ko We Kara situé à l’entrée Nord de Nouméa. La police nationale et son unité d’élite du GIPN ont interpellé sept personnes : six majeurs et un mineur.

Ils sont soupçonnés d’avoir commis une série de cambriolages à Ducos, le mois dernier. La police a également saisi du matériel informatique, des téléphones portables et près d’1,7 million de francs en espèces. Dont la moitié en pièces de monnaie ! Celles-ci proviendraient d’un vol commis à la société Le Froid à Montravel.
Les personnes interpellées doivent être traduites devant la justice en août et en septembre. »
Source : francetvinfo.fr – article écrit par Natacha Cognard le 08 juin 2017
Laisser une réponse»


La Réunion : un suspect et deux policiers blessés lors d’une opération anti-terroriste

Fabien : 27 avril 2017 20 h 34 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Deux policiers ont été légèrement blessés jeudi matin à La Réunion par un homme soupçonné de radicalisation qui a ouvert le feu sur eux lors de son interpellation.

 

Les policiers de l’antenne GIPN et ceux de la sureté ont conduit une opération anti-terroriste conjointe ce jeudi matin, à 6 heures (4 heures, heure française), à Saint-Benoît, dans l’Est de l’île de La Réunion, à la suite d’un signalement sur la plate-forme Pharos de la police judiciaire. L’homme visé par leur intervention était soupçonné d’apologie du terrorisme sur Internet.

Selon les policiers, le suspect a refusé de se rendre à leur arrivée et a tiré sur eux avec un fusil de chasse calibre 12. Ils ont riposté avec leur arme de service 9 mm. Le suspect, né en 1995, a été grièvement blessé dans l’échange de tirs et hospitalisé. Ses jours ne sont pas en danger. Deux policiers ont été légèrement blessés par balles, l’un au bras, l’autre à la main.

 

Saisie de produits pouvant servir à préparer des explosifs

Agé d’une vingtaine d’année, l’agresseur, qui se serait converti assez récemment à l’islam, vivait avec sa mère dans un appartement situé au premier étage d’un immeuble d’habitation. Les enquêteurs ont découvert à son domicile des produits pouvant entrer dans la composition d’explosif artisanal. Des perquisitions étaient en cours.

Le jeune homme est décrit par une voisine comme «quelqu’un de très discret, qui ne fréquentait pas grand monde et qui n’a jamais fait d’histoire». «On a bien vu qu’il s’était laissé pousser la barbe depuis quelque temps, mais on n’y a pas prêté attention plus que ça», confie un jeune homme sur place.

 

Les forces de l’ordre sont aussi intervenues au même moment dans un autre immeuble de la ville. L’opération s’est déroulée sans heurt. On ignore si elle a donné lieu à une autre interpellation. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

 

«Moins de douze heures après la manifestation nationale organisée par Unité SGP POLICE-FO, cet acte délibéré montre que les policiers sont en danger sur l’ensemble du territoire national et non sur seulement quelques zones comme voudraient le faire croire certains magistrats», a réagi dans un communiqué le syndicat, qui s’est dit «profondément choqué et en colère après cette nouvelle agression».

 

Une filière jihadiste, la première en outre-mer, avait été démantelée à La Réunion en juin 2015. La filière était dirigée un prédicateur salafiste présumé de 21 ans surnommé «l’Égyptien». Il a été interpellé en juin 2015 et transféré à Paris, où il a été mis en examen et incarcéré. Selon les chiffres de la préfecture de La Réunion, une centaine de personnes soupçonnées de radicalisation est recensée dans l’île.

Le préfet de La Réunion a salué l’engagement des fonctionnaires blessés lors de cette opération.  »

 

Source : Le Parisien- article écrit par Eric Pelletier et Jean-Michel Décugis (et AFP) le 27 avril 2017

Photo © LP Archives

Laisser une réponse»


Les super-héros du GIPN-974 mobilisés pour les enfants hospitalisés au CHU de Bellepierre

Fabien : 18 décembre 2016 10 h 55 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Ce lundi après-midi, les enfants hospitalisés au CHU de Bellepierre ont eu la chance de recevoir l’aide des super-héros du GIPN-974. L’infâme Docteur Smörck a en effet volé tous les bonbons du service de pédiatrie.

Après une impressionnante descente en rappel du 9ème étage de l’établissement, sous les yeux ébahis des marmailles, les super-héros ont pu distribuer des friandises. Un joli moment de partage à la veille des fêtes de Noël. »

 

Source : Zinfos974.com – article écrit le 12 décembre 2016

Photos © Stéphane Bommert

Laisser une réponse»


Guadeloupe: une demi-tonne de cannabis saisie

Fabien : 16 octobre 2016 10 h 14 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« L’OCRTIS et le GIPN ont interpellé dix personnes.

 

Près d’une demi-tonne de cannabis a été saisie dans la nuit du mardi à mercredi lors d’une opération anti-drogue en Guadeloupe. Cette saisie – rendue publique ce vendredi – a été opérée par l’OCRTIS (service anti-drogue) et le GIPN (Groupe d’intervention de la police nationale) entre la commune de Sainte-Rose et les abords de la plage de Deshaies, dans le cadre d’un dispositif nocturne mis en place par les policiers.

Quatre véhicules pour 435kg de cannabis

Il a permis d’intercepter un convoi de quatre véhicules qui venaient de recevoir d’un bateau en provenance l’île de Saint-Vincent « une importante quantités de produits stupéfiants. L’herbe de cannabis était stockée dans plusieurs ballots pour poids total de 435 kg », a précisé l’OCRTIS.

Dix personnes ont été interpellées puis placées en garde à vue dans les locaux de la DIPJ de Guadeloupe. A l’issue de leur garde à vue, elles ont été présentées à un juge de Fort-de-France (Martinique) puis mises en examen et écrouées. »

Source: Ledauphiné.com – article écrit le 15 octobre 2016

Photo © Stéphane Bommert

Laisser une réponse»


Rencontres de la sécurité : des marmailles impressionnés

Fabien : 14 octobre 2016 8 h 51 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« SAINTE-MARIE. Depuis jeudi se tient la 4ème édition des Rencontres de la sécurité à la Réunion organisée par le ministère de l’intérieur. Une occasion pour les acteurs qui prennent en charge la sécurité des citoyens au quotidien de faire découvrir à ces derniers leur métier.

 

Après des rencontres avec des élèves à Saint-André et au Tampon, et une cérémonie de remise de médailles à la préfecture, c’est le parking de Jumbo Duparc qui a été pris d’assaut, hier, par les pompiers, militaires et autres policiers. Une journée qui a vu défiler bon nombre d’enfants ébahis et de parents conquis par les démonstrations mises en place. Plusieurs stands ont été installés et des professionnels se sont mobilisés afin de communiquer avec le public sur leur métier. Les portes des céhicules blindés et camions de pompiers stationnés dans le parking du supermarché étaient ouvertes aux jeunes comme aux moins jeunes.

« C’est l’occasion, pour les citoyens, de voir comment ça se passe, comment ils sont protégés au quotidien », explique Dominique Sorain, préfet de la Réunion, qui s’est rendu sur place en début d’après-midi. Il poursuit : « Le terrorisme, c’est faire peur et remettre en cause nos valeurs. Il faut montrer que nos forces de sécurité sont mobilisées. Certes, il y a des difficultés, mais il y a des personnes qui s’engagent, qui font leur travail et même plus pour assurer notre sécurité ». L’après-midi, le largage d’une équipe d’intervention du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) par l’hélicoptère de la Section aérienne de la gendarmerie en a surpris plus d’un. Puis, c’est le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) qui a simulé une intervention avec utilisation de pétards pour faire croire au bruit de coups de feu.

La brigade canine de la gendarmerie et les motocyclistes de la police nationale se sont aussi prêtés au jeu des démonstrations pour le plus grand plaisir des enfants, très souvent intrigués par ces métiers qu’on voit à la télé. »

Source : clicanoo.re – article écrit le 09 octobre 2016 par R.L.S

Photo © Ludovic Lai-Yu

Laisser une réponse»


Angoulême: GIPN, hélico, police et gendarmerie sécurisent le tribunal

Fabien : 1 septembre 2016 20 h 15 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Un Angoumoisin, arrêté avec un arsenal de guerre à son domicile, doit être présenté au juge.

Un impressionnant dispositif de sécurité est en place autour du palais de justice d’Angoulême. Motif: présentation sensible en cours. Il s’agit de la présentation devant un juge d’instruction d’un Angoumoisin de 37 ans, interpellé début février à Gond-Pontouvre.

A son domicile, les policiers avaient découvert un véritable arsenal de guerre: deux kalachnikov, deux pistolet automatiques, un fusil à pompe et un pistolet beretta.
Connu jusque-là pour trafic de drogue et des violences, l’homme est jugé très dangereux. Il doit notamment expliquer ce qu il comptait faire de cet arsenal. »

Source : Charentelibre.fr – article écrit le 29 août 2016

Laisser une réponse»


Perquisitions chez deux fichés S à Sainte-Suzanne et à Saint-André

Fabien : 4 août 2016 11 h 59 min : ACTUALITES, Coupures de presse – GIPN

« Deux perquisitions ont été menées chez deux hommes fichés S, dans la nuit de mardi 2 à mercredi 3 août, selon des informations révélées par linfo.re ce mercredi, et confirmées à Imaz Press, par des sources proches de l’enquête.

 

Ce sont deux opérations simultanées qui ont ainsi été menées cette nuit à Sainte-Suzanne et à Saint-André, chez deux personnes fichées S. « Cette opération était prévue depuis plusieurs jours », confirme cette même source.

Selon les informations de linfo.re lors de l’intervention du GIPN (Groupe d’intervention de la Police nationale) et du GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale), »du matériel informatique a été saisi, les deux personnes ont été laissées libres ». Toujours selon linfo.re, l’un des fichés habite dans le quartier de La Marine à Sainte-Suzanne. « Les forces de l’ordre la soupçonnent d’avoir publié sur les réseaux sociaux des messages faisant l’apologie d’actes terroristes ».

A noter qu’il s’agit de perquisitions administratives, qui sont permises par l’état d’urgence. Elles diffèrent des perquisitions judiciaires, qui requièrent l’autorisation d’un juge et doivent débuter entre 6 heures et 21 heures. La situation d’état d’urgence autorise en effet le ministre de l’Intérieur et les préfets à ordonner des perquisitions à domicile, sans le contrôle d’un magistrat et sans limitation horaire.

Une centaine de fichés S à La Réunion

Dans ce cadre, les autorités peuvent perquisitionner le domicile d’individus qui ne faisaient pas l’objet d’une enquête judiciaire, mais qui avaient été identifiés comme « à risques ». Les individus fichés S, mis sous surveillance car ils pourraient représenter une menace pour l’Etat français, entrent dans cette catégorie. A La Réunion, un peu moins d’une centaine d’individus seraient fichés S.

Récemment, un commandant de bord de Corsair avait refusé d’embarquer dans son avion au départ de La Réunion des passagers de nationalité algérienne fichés S. »

 

Source : ipreunion.com – article écrit le 03 août 2016 par IPR

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 321, »
Top