RAID – Coupures de presse


Saint-Malo. Un forcené maîtrisé par le RAID et placé en psychiatrie

Fabien : 24 mars 2018 9 h 36 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Gros déploiement de forces ce vendredi 23 mars 2018 entre 10 h 50 et 12 h 30 devant un groupe d’immeubles malouins, rue Miriel : un homme menaçait de se suicider avec un rasoir ou de mettre le feu dans son appartement situé au rez-de-chaussée.

 

Les habitants de l’immeuble situé 32 rue Miriel à Saint-Malo (non loin du futur palais de justice) ont été évacués vers 11 h, après qu’un forcené soit dans un premier temps allé menacer de se suicider avec son rasoir dans un cabinet d’avocat.

Très agité, il s’est enfermé ensuite chez lui, au rez-de-chaussée, disant qu’il allait mettre le feu avec du white-spirit.

 

Police nationale et municipale ont immédiatement bouclé un périmètre de sécurité tandis que les pompiers prenaient des mesures préventives à proximité.

Le sous-préfet, le procureur, et l’adjoint au maire se rendaient sur les lieux où plusieurs dizaines de personnes surveillaient la situation.

Une quinzaine de policiers du RAID, lourdement équipés, sont venus de Rennes avec cinq véhicules quarante minutes.

Il n’a été mis en garde à vue compte tenu de son état, et a été hospitalisé d’office en psychiatrie.

Son mobile n’était pas connu. D’éventuelles poursuites judiciaires seront engagées après une évaluation médicale. »

 

 

Source : Ouesfrance.fr – article écrit le 23 mars 2018 par Gérard Lebailly

Photos © Gérard Lebailly

Laisser une réponse»


Attaques terroristes dans l’Aude: Trois morts, le suspect abattu… Ce que l’on sait de la prise d’otages à Trèbes

Fabien : 24 mars 2018 9 h 04 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« AUDEL’homme a ouvert le feu sur un groupe de CRS vendredi matin, avant de prendre en otages des clients et employés d’un supermarché…

 

Une prise d’otages a eu lieu ce vendredi pendant près de trois heures dans un supermarché de Trèbes, dans l’Aude, a appris 20 Minutes de sources concordantes.

Le suspect, un homme de 26 ans connu pour des faits de petite délinquance, a été abattu.

 

Deux attaques à Carcassonne

Selon les éléments de l’enquête dévoilés par François Molins vendredi soir, l’assaillant s’est dirigé vers la caserne militaire avant de se rabattre vers celle des CRS ce matin a Carcassonne

Vers 10h30, un groupe de quatre CRS qui rentrait d’un footing et se dirigeait vers la caserne ont été pris pour cible par un homme à bord d’une Opel blanche.

Celui-ci a ouvert le feu à plusieurs reprises dans leur direction, sous le choc, ont été transportés à l’hôpital.

Mais la dramatique équipée du tireur a commencé avant l’attaque des CRS. Vers 13 heures, un mort et un blessé grave ont été retrouvés à proximité immédiate de la caserne de Carcassonne, dans une pinède, révélait 20 Minutes. Il pourrait s’agir des propriétaires de la voiture.

 

Prise d’otages à Trèbes

Vers 11h15, une prise d’otages est signalée au supermarché SuperU de Trèbes, à quelques kilomètres de là. Sur le parking, les enquêteurs découvrent la même voiture que celle ayant servi à attaquer les CRS.

Selon le récit fait par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, le tireur a immédiatement ouvert le feu en pénétrant dans le magasin, tuant deux personnes.

Les gendarmes sont parvenus à évacuer les autres clients et employés du magasin. Pour sauver plusieurs otages, le lieutenant-colonel de la brigade s’est volontairement substitué à lui.

Le terroriste menaçait de tout faire sauter.

L’assaut a été donné peu après 14h par l’antenne du GIGN de Toulouse, appuyée par la BRI de Montpellier et Toulouse et le RAID.

A 14h20 le GIGN de Toulouse a abattu l’auteur et deux gendarmes ont été blessés.

Le lieutenant-colonel, très grièvement blessé, a été évacué vers l’hôpital le plus proche.

 

Quelles sont les motivations du preneur d’otages?

«Tout porte à croire qu’il s’agit d’une attaque terroriste», a réagi Emmanuel Macron, en marge d’un sommet européen.

Un des témoins de l’attaque du supermarché aurait indiqué avoir entendu le suspect crier « Allahou Akbar ».

Le tireur a été identifié comme Redouane Lakdine, «un petit délinquant de 26 ans», selon les mots du locataire de la place Beauvau.

Il était notamment connu pour trafic de drogue. L’homme avait fait l’objet d’un suivi mais aucun signe de radicalisation n’avait été détecté.

Radouane Lakdim a crié «Allah Akbar» et revendiqué être un «soldat» de l’organisation Etat islamique au moment où il entrait dans le magasin Super U, a déclaré vendredi le procureur de la République de Paris, François Molins.

 

Qui s’occupe de l’enquête ?

Une enquête pour « assassinat », « tentative d’assassinat » et « séquestration » en relation avec une entreprise terroriste a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.

Le procureur de la République de Paris François Molins se rend sur place.

L’enquête a été confiée à la sous-direction antiterroriste (SDAT), la DGSI et la PJ de Montpellier (DIPJ).  »

 

 

Source :  20minutes.fr – article écrit le 23 mars 2018 par Caroline Politi

Laisser une réponse»


Le forcené menace de faire sauter un immeuble à Arcueil, le RAID intervient

Fabien : 21 mars 2018 23 h 34 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Le quartier a été bouclé mercredi soir.

Un homme a été interpellé mercredi après-midi à Arcueil alors qu’il menaçait de faire sauter un immeuble.

Le RAID est intervenu alors que cet habitant d’une cinquantaine d’années était retranché dans son appartement, au troisième étage d’un immeuble situé cité des Irlandais.

D’après nos informations, il menaçait de faire sauter l’immeuble avec une ou plusieurs bouteilles de gaz.

Considéré comme « très dangereux », il serait suivi pour des problèmes psychiatriques.

La brigade de recherche et d’intervention (BRI) s’est rendue sur place également pour mener des négociations avec cet habitant. Elles ont commencé peu après 17 heures.

Jusqu’à ce que le RAID entre dans son appartement, environ une heure plus tard.

Aucune bouteille de gaz n’a été découverte.

Une partie de la circulation avait dû être coupée dans le quartier le temps de l’intervention des forces de l’ordre, avec déviation de plusieurs lignes de bus. »

 

Source : Leparisien.fr – article écrit le 21 mars 2018 par F.D

Laisser une réponse»


L’horreur en Alsace: retranché chez lui, il éventre son chien et le jette par la fenêtre

Fabien : 18 mars 2018 15 h 49 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Un homme d’une soixantaine d’années qui s’était retranché dimanche avec un couteau chez lui à Haguenau (Bas-Rhin) a éventré son chien avant de jeter le cadavre par la fenêtre, a-t-on appris de source policière.

 

Considéré comme dangereux, le suspect a été maîtrisé après l’intervention du RAID et du GIPN. Durant l’intervention, il a menacé des policiers avec son couteau.

L’alerte avait été donnée vers 8 heures dimanche matin par la femme du sexagénaire qui était venue se réfugier au commissariat de la commune. Affirmant avoir été violentée par son mari, elle s’était présentée au poste de police en appelant au secours.

Le sexagénaire s’est alors retranché avec une arme dans son appartement du centre-ville de Haguenau où il a éventré son chien et jeté son cadavre par la fenêtre.

D’importants moyens de police et de gendarmerie ont été déployés sur place avant l’intervention des unités spécialisées. Vers midi, après une phase de négociation, le RAID et le GIPN sont intervenus et ont maîtrisé l’individu.

La raison pour laquelle le sexagénaire a « disjoncté » n’était pas connue dans l’immédiat. « L’enquête se poursuit », a-t-on indiqué de même source.

« Il y aura certainement une expertise psychiatrique, c’est juste dommage pour le chien », a-t-on commenté à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin. »

 

 

 

Source : dhnet.be / AFP – article écrit le 18 mars 2018

Laisser une réponse»


Dans les flammes avec le RAID

Fabien : 18 mars 2018 15 h 45 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Les policiers d’élite du RAID apprennent aux côtés des pompiers à maîtriser et combattre le feu. Reportage au centre de secours de Muret dans des conditions extrêmes.

 

Sous sa cagoule beige et son masque à oxygène, les gouttes de sueur ruissellent sur son visage noirci par les fumées.

Engoncé dans sa combinaison ignifugée, ce policier vient de passer 15 minutes à plus de 500 degrés dans un caisson en feu pour observer l’évolution des fumées. «C’est un véritable four ! Un sauna géant !», lâche-t-il, à peine sorti de la fournaise et soumis pour la première fois à l’épreuve du feu.

Ce jeudi 15 mars, au centre de secours de Muret, 10 membres d’élite de la police nationale, repoussant un peu plus leurs limites, sont embarqués dans une nouvelle mission de l’extrême aux côtés de sapeurs-pompiers aguerris. Objectif : mieux appréhender les incendies et savoir identifier la nature des flammes pour gérer les situations inédites en intervention.

Dans ce type d’exercice, une dizaine de pompiers formateurs initient les équipes du Raid de Toulouse à la maîtrise du feu et à son observation. «Au moins deux fois par an, nous sommes confrontés à des scénarios d’incendie où des forcenés freinent notre progression par les flammes, assure le chef de l’antenne RAID.

Ces exercices nous apprennent à mieux gérer le stress et à avancer de manière autonome grâce aux connaissances acquises ici».

Déjà lestés de 40 kg lors de leurs assauts (armes, gilets pare-balles, boucliers balistiques), les policiers peuvent alourdir leur charge de 10 kg supplémentaires lorsqu’ils se dotent d’un appareil respiratoire isolant (ARI) avec bouteille, combinaison et masque à oxygène. Manipulation des lances à incendie, découverte théorique des phénomènes thermiques et protection individuelle en milieu non respirable, tous ces thèmes sont déclinés sous la forme d’ateliers pratiques.

«La contrainte de la chaleur, son intensité sur notre corps et notre respiration est quelque chose de nouveau. C’est toujours intéressant de comprendre les mécanismes pour savoir où se situent nos limites», explique ce policier du RAID après son baptême du feu. Comment attaquer les flammes ? Que signifie la couleur des fumées ? À quel moment l’incendie peut-il devenir très dangereux ?

Des questions essentielles décortiquées durant cette journée au cours de laquelle pompiers et membre du RAID apprennent aussi à mieux se connaître, à partager et analyser des expériences communes.

«Cette rencontre est surtout un échange de culture au profit du RAID puisque les policiers découvrent nos problématiques et des situations sur lesquelles ils seront amenés à intervenir», conclut le capitaine Stéphane Lévèque, pompier à Rouffiac.

Des entraînements similaires se font aussi avec les gendarmes de l’antenne GIGN de Toulouse.

 

Pompiers formés au terrorisme

Depuis plus d’un an, un groupe d’une quarantaine de sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne suit des formations spécifiques aux côtés des policiers d’élite du RAID pour intervenir auprès des victimes lors d’un attentat ou d’un acte terroriste.

Appelé groupe «d’extraction», cette équipe inédite en Haute-Garonne devrait comporter à terme près de 80 pompiers.

Munis de gilets par balles, ils sont chargés d’intervenir en zone dite «orange», une zone pas complètement sécurisée, dans laquelle se trouvent des victimes qu’il faut évacuer et mettre rapidement à l’abri. »

 

 

Source : La Dépêche.fr – article écrit le 18 mars 2018 par Frédéric Abéla

Laisser une réponse»


Propos menaçants au CHU de Caen: un mineur interpellé

Fabien : 13 mars 2018 22 h 07 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Un homme de 16 ans a été interpellé ce mardi matin. Il est suspecté d’avoir tenu des propos menaçants vendredi soir au CHU de Caen, dans le Calvados, faisant craindre un acte terroriste.

 

Selon Ouest France, un mineur âgé de 16 ans, a été interpellé et placé en garde à vue ce mardi matin. Il est soupçonné d’avoir tenu des propos inquiétants et menaçants à l’hôpital de Caen vendredi soir.

Il aurait dit selon un témoin : « Je suis islamiste, je passerai de toute façon, car j’ai un fusil à pompe dans mon sac » alors qu’il se présentait au service des urgences.

L’établissement de santé avait alors fait l’objet d’un impressionnant déploiement des forces de l’ordre.

Le RAID a procédé à une fouille complète du CHU mais le suspect n’avait pas été trouvé. »

 

 

Source : Le Dauphiné.com – article écrit le 13 mars 2018

Laisser une réponse»


Lyon : le fructueux business de la drogue dans une barre d’immeuble de la Duchère

Fabien : 13 mars 2018 22 h 02 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« La police a mis fin la semaine dernière à un important trafic de drogue dans le quartier de la Duchère qui rapportait 10 000 euros par jour. Il a fallu faire intervenir le RAID pour déloger 10 personnes qui avaient colonisé une barre d’immeuble pour développer leur fructueux business. 

 

L’intervention, qui a eu lieu la semaine dernière dans le 9 ème arrondissement de Lyon, a d’abord mobilisé le Groupe de lutte contre les stupéfiants et l’économie souterraine (GLSES) puis nécessité l’appui du RAID, compte tenu de l’envergure qu’avait prise ce réseau.

L’affaire débute en mai dernier après le démantèlement d’un premier point de vente sur l’une des barres du plateau de la Duchère. Mais les trafiquants se retrouvent dans un autre immeuble où ils se barricadent pour justement échapper à la police.

Des caddies sont placés en travers des cages d’escaliers pour justement pouvoir retarder l’intervention et assurer leur fuite le moment venu.

Les clients sont donc orientés par des rabatteurs à travers un dédale de couloirs seulement connus des membres du réseau. Car le dispositif rapporte gros.

Jusqu’à 10 000 euros par jour. Toute la nuit et une partie de la journée, les clients viennent s’approvisionner dans ce qui ressemble à un magasin où l’on peut se procurer indifféremment du cannabis, de la cocaïne ou des pilules d’ecstasy.

L’intervention de la police va finalement permettre de déloger 10 trafiquants pour les arrêter et saisir une importante quantité de stupéfiants : 40 ks de résine de cannabis, 1,9 ks d’herbe de cannabis , 6300 cachets d’ecstasy et 1,8 ks de cocaïne. 30 000 frcs en liquide ont été trouvés sur place, indice d’un fructueux business.

Nos confrères du Progrès, qui révélent l’information, précisent que « la présence policière a été renforcée pour éviter l’ouverture d’un nouveau point de vente » »

 

 

Source : France3-régions.fr – article écrit le 13 mars 2018 par Philippe Bette

Laisser une réponse»


Rennes. Le RAID intervient pour maîtriser un déséquilibré enfermé chez lui

Fabien : 11 mars 2018 20 h 17 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Samedi 10 mars, en fin de journée, les policiers d’élite du RAID sont intervenus dans un appartement situé rue Léon Ricottier, près de Villejean, à Rennes. Le locataire, un homme de 25 ans, lançait ses affaires par la fenêtre et se montrait très menaçant. Il a été maîtrisé.

 

Après être intervenus dans la nuit de vendredi à samedi au CHU de Caen (Calvados), les policiers d’élite du RAID (Recherche Assistance Intervention Dissuasion) de Rennes étaient de nouveau sur le pont samedi en fin de journée.

Vers 17 h 30, un homme de 25 ans, domicilié dans un appartement rue Léon Ricottier, balance une partie de ses affaires par les fenêtres et profère des menaces.

Selon des témoins, il pourrait être en possession d’armes blanches. Le jeune homme est connu pour des troubles psychiatriques.

Les policiers du RAID, habitués à ce genre de situation, sont appelés en renfort et arrivent peu de temps après.

Après de longues négociations, ils arrivent à raisonner le jeune homme et à s’introduire dans son appartement où il sera maîtrisé un peu avant 21 h.

Le déséquilibré a été transféré aux urgences psychiatriques du CHU. »

 

 

Source : Ouestfrance.fr – article écrit le 11 mars 2018 par Joël Le Gall

Laisser une réponse»


Intervention du RAID à Limoges-Beaubreuil : « le problème du trafic pris au sérieux »

Fabien : 10 mars 2018 20 h 30 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« L’opération de police s’est déroulée en plein jour. Mardi dernier, les équipes de police de Limoges, épaulées par le RAID de Bordeaux et des équipes cynophiles, ont mené une opération coup de poing dans le quartier de Beaubreuil à Limoges. 

 

« Agir à 15 heures ne répondait pas seulement à des raisons opérationnelles. Nous voulions montrer à la population que nous pouvions intervenir à n’importe quel moment et que la question du trafic de drogues était prise au sérieux », explique le substitut du procureur Xavier Pasturel.

 

Point de vente important

Le dispositif visait en particulier deux points de la cité : le numéro 8 de la rue Fabre-d’Eglantine et un lieu de stockage dans un autre bâtiment.

« Il s’agit d’un point de vente qui s’était déplacé depuis une précédente opération dans le quartier. S’il faut intervenir dans d’autres halls d’immeubles, nous n’hésiterons pas », assure la commissaire de la sûreté départementale de Limoges, Alexia Dudognon.

Mardi après-midi, « plusieurs personnes ont été interpellées », explique-t-on du côté du parquet.

Plus de 1.500 euros en argent, plusieurs dizaines de bonbonnes de cocaïne, plus de deux kilos de résine de cannabis et une arme à feu ont été découverts dans plusieurs cachettes.

« Maintenant, les dealers se sont adaptés. Quand ils reçoivent la marchandise, ils la divisent avant de la répartir. De plus, ils travaillent de plus en plus à flux tendu pour écouler les stocks au plus vite », explique le substitut du procureur.

 

Depuis de nombreux mois, le quartier de Beaubreuil est gangrené par le problème des stupéfiants. « Le nom du quartier revient régulièrement dans les affaires de drogues, assure le représentant du parquet. C’est un lieu important de vente sur le département dans lequel on vient demander sa drogue à des hommes encagoulés. Cela n’est pas admissible. » »

 

 

Source : Lepopulaire.fr – article écrit le 10 mars 2018 par Pierre Vignaud

Photo © Lepopulaire.fr

Laisser une réponse»


Un ancien policier du RAID originaire de Rennes tué à Abidjan

Fabien : 10 mars 2018 20 h 25 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Ancien policier du RAID, originaire de Rennes, Laurent Defossez a été retrouvé assassiné ce mercredi dans sa chambre d’hôtel à Abidjan en Côte d’Ivoire, selon une information franceinfo. Laurent Defossez, 49 ans, a été blessé à coups de couteau. Il est mort des suites de ses blessures.

 

En disponibilité de la police nationale depuis 2012, Laurent Defossez travaillait dans le secteur de la sécurité privée. Ce mercredi, l’ancien policier du RAID a été retrouvé assassiné dans sa chambre d’hôtel à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Il a été blessé à coups de couteau.

La police ivoirienne a ouvert une enquête judiciaire. La direction centrale de la police judiciaire française (OCRVP) est également saisie, comme c’est le cas dans des affaires criminelles impliquant des ressortissants français.

Originaire de Rennes, le major Laurent Defossez, 49 ans, avait passé quatre ans dans l’unité d’élite du RAID entre 1998 et 2002.

Il s’était mis en disponibilité de la police nationale en 2012 pour se lancer dans le secteur de la sécurité privée.

Patron d’une société spécialisée dans la sûreté des aéroports internationaux, il séjournait régulièrement en Afrique.

Il était à Abidjan depuis le 25 février dernier dans le cadre de ses affaires.

Il était marié et père de deux enfants. »

 

 

Source : francebleu.fr – article écrit le 09 mars 2018 par Céline Guétaz, France Bleu Armorique

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 442, »
Top