RAID – Coupures de presse


312 000 euros saisis, onze interpellations dans une grosse opération antidrogue

Fabien : 18 janvier 2017 10 h 01 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Lundi matin, la police a mené une vaste opération dans le secteur du boulevard de Metz, à Lille, après plusieurs mois d’enquête. Onze véhicules et 3,5 kg de cannabis ont aussi été saisis. Cette affaire illustre l’intensification de la lutte contre le deal dans la plaque tournante lilloise.

 

Nouvelle descente antidrogue d’envergure à Lille. Lundi, vers 6 h, la police débarque dans le secteur du boulevard de Metz, près du McDo. Une opération menée après plusieurs mois d’enquête de la Sûreté départementale. L’antenne régionale du RAID et la BRI participent aussi à ce coup de filet, ainsi que le GIR (groupe d’intervention régional). Onze individus sont interpellés. Les saisies sont volumineuses : 312 000 euros en liquide, 3,5 kg de cannabis, un peu de cocaïne et onze véhicules.

Depuis plusieurs semaines, la police intensifie ses actions dans ce quartier, le Faubourg-de-Béthune, situé dans la ZSP (zone de sécurité prioritaire) de Lille, avec Moulins et Lille-Sud. Mi-décembre, la PJ de Lille avait démantelé un gros réseau d’héroïne, de cocaïne et de cannabis, toujours boulevard de Metz : douze personnes ont été écrouées.

Autre affaire symptomatique, la semaine dernière, une étudiante en droit a été contrôlée par les Douanes avec 500 g d’héroïne dans sa valise, gare Lille-Eruope.

La drogue, qui devait partir à Saint-Étienne, lui avait été remise boulevard de Metz. Et vendredi soir, 47 kilos de cannabis trouvés à Faches-Thumesnil, dans la voiture de trois dealers présumés de Lille-Sud.

 

Lors des dix premiers mois de 2016, 266 réseaux de drogue ont été démantelés dans la métropole lilloise (+ 12,2 % comparé à 2015).

Ces différents dossiers illustrent le coup d’accélérateur de la police contre l’inquiétante expansion du deal, qui empoisonne la vie des habitants. Lors des dix premiers mois de 2016, 266 réseaux ont été démantelés par la sécurité publique dans la métropole lilloise (+ 12,2 % par rapport à 2O15), la plupart à Lille. Mais ils renaissent sans arrêt…

Lille est notamment devenu une voire la plaque tournante nationale de l’héroïne, deux à trois fois moins chère qu’ailleurs en France. La proximité avec les points d’importation des Pays-Bas et de la Belgique et la forte demande expliquent le phénomène. En 2015, une étude de la police estimait qu’au moins une tonne d’héroïne s’écoule chaque année sur l’axe lillois reliant la porte de Valenciennes au boulevard de Metz. »

 

 

Source : La Voix du Nord – article écrit le 17 janvier 2017 par B. DU

 

Laisser une réponse»


Rennes. Le ministre de l’Intérieur rencontre le Raid et la gendarmerie

Fabien : 15 janvier 2017 17 h 52 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux était en déplacement en Ille-et-Vilaine ce samedi. Au cours de la matinée, il se trouvait à Rennes où plusieurs visites étaient à son programme. Il a tout d’abord rencontré les membres de la Section aérienne de la gendarmerie (SAG), une unité dotée de deux hélicoptères pour assurer de multiples missions comme de la recherche de personnes disparues, de la surveillance ou encore des opérations de maintien de l’ordre notamment lors des manifestations.

 

Le ministre s’est ensuite entretenu avec une partie des vingt policiers du Raid, avant de rencontrer des acteurs sociaux engagés dans la prévention de la délinquance dans le quartier de Maurepas. Son périple s’est achevé par une visite de l’antenne de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante et par un échange avec des policiers rennais.

Dans l’après-midi, le ministre s’est rendu au Centre d’accueil et d’orientation des réfugiés de Cancale. »

Source : Le Telegramme – article écrit le 14 janvier 2017
Photos © Erwan Miloux
Laisser une réponse»


Toulouse : un homme interpellé soupçonné de préparer un attentat

Fabien : 28 décembre 2016 21 h 10 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Trois personnes ont été arrêtées mardi en Haute-Garonne dans le cadre de deux affaires distinctes. L’un d’entre eux est suspecté d’avoir préparé une attaque pour le 31 décembre.

 

Un homme a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi en Haute-Garonne et placé en garde à vue par les enquêteurs qui s’interrogent sur un possible projet d’attentat prévu le 31 décembre. Ce suspect a été interpellé lors d’une opération antiterroriste menée par les policiers d’élite du Raid à son domicile à Cugnaux, une commune de 16.000 habitants située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Toulouse, selon une source proche du dossier.

Déjà visé par une perquisition administrative il y a quelques mois, l’homme a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet antiterroriste. Il pourrait être interrogé pendant quatre jours, les gardes à vue pouvant durer jusqu’à 96 heures dans les dossiers terroristes. Les enquêteurs cherchent notamment à recueillir des éléments sur un éventuel projet de passage à l’acte imminent, de source judiciaire.

Selon La Dépêche du Midi, qui a révélé l’affaire, l’homme, âgé d’une trentaine d’années, est proche de milieux liés à l’islam radical et «connu de plusieurs services d’enquête». Des «éléments pouvant déboucher sur un possible attentat avaient été recueillis par les enquêteurs», selon le quotidien régional.

 

Soupçons d’attaque contre les forces de l’ordre

Lors de la même opération, deux hommes de 42 ans ont été interpellés la même nuit, à Toulouse, et toujours par les forces du Raid. De source policière, les arrestations concernent deux étrangers en situation irrégulière, et ont eu lieu dans le quartier du Mirail, lors d’une perquisition administrative.

Les deux hommes ont été placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire toulousaine. Des armes à feu factices et des armes longues légères ont été retrouvées au domicile perquisitionné. En revanche, ni explosif ni arme type Kalachnikov n’ont été découverts, selon La Dépêche du Midi. Les deux individus sont proches du milieu de l’islam radical, et l’un d’entre eux aurait un profil dit «suicidaire». Une source policière affirme que les enquêteurs soupçonnent l’un des deux hommes d’avoir projeté de s’attaquer aux forces de l’ordre. Leurs auditions devraient permettre de déterminer si ce projet d’attentat était réellement en cours et sur les possibles connections des trois personnes arrêtées avec le terrorisme.

Le patron de la police nationale Jean-Marc Falcone avait fait état samedi d’une menace terroriste toujours «très élevée» en France. Il a ajouté que ses services n’étaient toutefois pas en possession «d’éléments formels» concernant une menace spécifique pour les fêtes de fin d’année. »

Source : Le Figaro.fr – article écrit le 28 décembre 2016 par Martin Planques

Photo © DDM

 

 

Laisser une réponse»


Sète : un forcené neutralisé par le RAID

Fabien : 23 décembre 2016 11 h 14 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Un homme en état d’ivresse qui s’était retranché dans un appartement, dans la résidence Le Vallon, à l’angle des rues Robespierre et de Pérouse, près du lycée des métiers Charles de Gaulle, à Sète dans la soirée de jeudi a été neutralisé sans incident par les policiers de l’antenne du RAID de Montpellier.

Le forcené a refusé de communiquer et de se rendre pendant plusieurs heures aux policiers de la Sécurité publique de Sète et de Montpellier dépêchés sur les lieux, avec un négociateur. Il indiquait détenir des armes à feu et des munitions. Les locataires de la résidence ont été évacués et un périmètre de sécurité installé, avec notamment les sapeurs-pompiers et un médecin.

Ivre et blessé à la tête

Tout a commencé jeudi à 17h30 par l’intervention des sapeurs-pompiers dans cette résidence pour secourir un homme blessé à la tête après une chute. Il était en état d’ivresse. Au moment où ils le prenaient en charge pour l’évacuer à l’hôpital de Sète, un deuxième homme était retrouvé allongé au sol, dans le logement. Il était également fortement alcoolisé.

Alors que des pompiers voulaient s’enquérir de son état de santé, l’intéressé se montrait vindicatif, refusant d’être secouru et se montrait menaçant.

Usage du Taser

Les pompiers, constatant la présence de deux fusils de chasse, d’une grenade et de munitions dans l’appartement de la résidence Le Vallon quittaient les lieux par précaution et alertaient le commissariat de police de Sète.

À l’arrivée des policiers, l’individu s’était barricadé dans l’appartement. Il a refusé pendant plus de deux heures de se rendre. Le RAID de Montpellier a été requis et a procédé à son interpellation vers 20h30, avec usage du Taser.

Georges B., un Sétois âgé de 59 ans a été placé en garde à vue, à la demande du procureur de la République de Montpellier, présent sur place. Il a ordonné une expertise psychiatrique. »

Source : e-metropolitain.fr – article écrit le 23 décembre 2016 par Jean-Marc Aubert

Laisser une réponse»


Le RAID interpelle un islamiste présumé à Pamiers

Fabien : 12 décembre 2016 7 h 14 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Les policiers du RAID ont interpellé ce samedi après-midi vers 16 heures, à Pamiers, un individu au profil radicalisé qui a proféré des menaces de mort sur Facebook et voulait « donner son âme à Allah. » Il a été place en garde à vue. L’enquête a été confiée au SRPJ de Toulouse.

C’est « un utilisateur du réseau social Facebook qui a rapporté l’existence de menaces de mort réitérées proférées sur ce réseau social par un individu se réclamant d’Allah et faisant l’apologie du terrorisme », a indiqué ce samedi Karline Bouisset, procureur de la République de Foix.

« Sans énoncer de cible particulière, l’intéressé indiquait parallèlement vouloir donner son âme à Allah le 12 décembre 2016 », précise le procureur de la République. L’homme au profil radicalisé préparait-il une action violente ? Rappelons que ce lundi, 12 décembre, correspond à la visite en Ariège du Premier ministre Bernard Cazeneuve et du garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, attendus pour inaugurer la déviation d’Ax-les-Thermes et le nouveau tribunal de Foix.

Chargé de l’enquête, le service régional de police judiciaire (SRPJ) a identifié l’homme qui n’est pas inconnu de la justice. « Il a été dernièrement condamné en janvier 2016 à 8 mois d’emprisonnement en comparution immédiate pour outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique, menaces de mort sous condition, intrusion dans un établissement scolaire, détention de stupéfiants », précise Karline Bouisset.

Il a été interpellé par les policiers du RAID. « L’interpellation s’est déroulée sans incident » détaille la magistrate.

L’individu a été placé en garde à vue « pour apologie du terrorisme et menaces de mort en raison de la religion. » Il est actuellement entendu dans les locaux du SRPJ. »

Source : La Dépêche.fr – article écrit le 10 décembre 2016

Photo © DDM / Chantal Longo

Laisser une réponse»


Morlaix. Homme armé : intervention du RAID, samedi matin

Fabien : 12 décembre 2016 7 h 09 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Quatorze hommes du RAID de Morlaix sont intervenus à Morlaix, ce matin. Les policiers morlaisiens ont été menacés par un homme armé qui refusait de sortir de chez lui.

C’est dans la nuit de vendredi à samedi que les policiers sont arrivés dans un quartier morlaisien pour intervenir pour tapage nocturne. Il était alors 4 h 15. Il s’est avéré que le couple occupant l’appartement, un homme et sa concubine, ait refusé d’ouvrir aux forces de l’ordre.

 

Menacés par une arme

À travers la porte close, l’homme de 43 ans formule des propos outrageux à leur égard. N’arrivant pas à établir de contact, ils ressortent.

C’est alors qu’ils voient l’homme, à la fenêtre, les menacer d’une arme. Les policiers de Morlaix décident alors de contacter le RAID.

 

Interpellation après des négociations

Les quatorze hommes du Raid de Rennes qui forment l’équipe d’intervention arrivent à 13 h à Morlaix.

Après des négociations, ils ont pu interpeller les occupants vers 13 h 45. L’homme, connu de la Police, a été place en garde à vue, sa concubine et l’adolescent de 16 ans qui se trouvaient dans l’appartement sont entendus comme témoins.

La perquisition a révélé que l’arme utilisée était une arme de poing, un pistolet automatique à grenaille. »

 

 

Source : Ouest France.fr – article écrit le 10 décembre 2016

Laisser une réponse»


Intervention du RAID à Alès : quatre personnes interpellées

Fabien : 9 décembre 2016 21 h 00 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Dans le cadre d’une enquête sur un trafic de drogue, une opération de la PJ, avec le Raid, a eu lieu ce mardi 6 décembre au matin.

 

Des silhouettes sombres se déplacent silencieusement au pied des immeubles du quartier alésien des Cévennes. La colonne d’assaut du RAID est prête à intervenir.

À 6 heures tout juste, la porte d’entrée d’un logement, rue de l’Aigoual, vient de céder. Les agents de l’antenne nîmoise du service régional de police judiciaire de Montpellier (SRPJ) pénètrent à leur tour dans l’immeuble.

Quelques minutes plus tard, les hommes en noir répètent la même opération dans le quartier de Tamaris, toujours endormi. La douzaine d’opérateurs du Raid, venue de Montpellier, progresse vers un immeuble, à l’entrée de l’avenue Gabriel-Roucaute. À quelques dizaines de mètres d’intervalle, un autre groupe de policiers vise une autre HLM.

Des interpellations en lien avec un trafic de drogue international

Après l’intervention, un couple est conduit hors du bâtiment, encadré par les hommes de la PJ. L’homme et la femme, menottés, grimpent dans les véhicules banalisés des policiers. Les perquisitions effectuées dans les appartements des suspects se sont révélées positives : 3 000 € d’argent liquide, une arme de poing et une centaine de cartouches ont été retrouvés.

Au total, quatre personnes sont actuellement placées en garde à vue, dans les locaux de la PJ de Nîmes. Elles seraient impliquées, à différents degrés, dans un important trafic de produits stupéfiants. Le coup de filet matinal, organisé ce mardi, dans les quartiers des Cévennes et de Tamaris, est le dernier épisode d’une affaire à tiroir qui remonte à novembre 2015.

Le suspect interpellé en décembre 2015

Lors d’un banal contrôle des caves d’un immeuble des Cévennes, les policiers du commissariat d’Alès avaient mis la main sur un sac à dos contenant plus de 6 kg de drogue : 2,5 kg de cocaïne et 3,5 kg d’héroïne, en plus de 250 cachets d’ecstasy. Quelques jours plus tard, une importante opération de police était organisée. Cependant, la cible des enquêteurs, un certain Faicel, restait introuvable.

C’est finalement en décembre 2015 que le suspect, en cavale, était interpellé dans le quartier de Tamaris et incarcéré. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt à la suite de sa condamnation, en avril 2015, à six ans de prison ferme pour trafic de cocaïne, entre les Pays-Bas et la France. Son nom apparaissait aussi dans une information judiciaire pour le meurtre d’un Espagnol, tué d’une balle dans la tête, dans le quartier des Prés Saint-Jean, en 2009.

Après plus d’un an de travail minutieux et d’investigations multiples, cette enquête à rebondissements semble bouclée pour les enquêteurs de l’antenne nîmoise de la police judiciaire de Montpellier. C’est la juge d’instruction d’Alès, Annabelle Ledrapier, qui est en charge de cet imposant dossier. À l’issue des gardes à vue, qui pourraient durer jusqu’à 96 heures, les mis en cause seront déférés devant le magistrat instructeur alésien.3

Source : Midi Libre – article écrit le 07 décembre 2016 par Fabrice Andrès

Laisser une réponse»


Le Raid pour interpeller une équipe de dealers

Fabien : 9 décembre 2016 20 h 22 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« De longs jours d’enquête et un nouveau coup de pied donné dans la fourmilière des trafiquants de drogue toulousains. Les policiers du groupe civil de la compagnie de sécurisation et d’intervention, accompagnés de membres du Raid, ont mené une vaste opération, hier, au petit matin, dans les quartiers d’Empalot et de Bagatelle à  Toulouse.

Leur but : mettre la main sur un groupe de dealers bien implantés dans le commerce de cocaïne, de résine de cannabis et d’herbe.

les fonctionnaires sont descendus en nombre dans ces deux quartiers où ils ont procédé à six interpellations. Les hommes pris dans les mailles de leurs filets, tous âgés d’une vingtaine d’années, ont dû les suivre au commissariat où ils ont été placés en garde à vue.

Des perquisitions ont été menées. Elles ont permis aux policiers de mettre la main sur des produits stupéfiants, à savoir environ 70 grammes de cocaïne, 850 grammes de résine de cannabis ainsi qu’un peu moins de 400 grammes d’herbe. Plusieurs centaines d’euros d’argent liquide ainsi qu’une arme ont été retrouvés. Les hommes interpellés sont déjà connus des services de police et de la justice.

Les policiers du groupe civil de la CSI n’en sont pas à leur coup d’essai en matière de démantèlement de trafics de stupéfiants. Mi-novembre déjà, ils avaient interpellé un dealer installé dans le quartier des Izards. Sous couvert de vendre des cigarettes de contrebande au nez et à la barbe des trafiquants établis, il proposait cocaïne et cannabis à ses clients. Cet homme de 37 ans, inconnu de la justice, avait été interpellé au terme d’une surveillance. Les perquisitions menées à son coquet domicile de la banlieue toulousaine avaient permis de retrouver 400 grammes de cocaïne et 1,7 kg de résine ainsi que de l’argent liquide.

Il devait être jugé hier après-midi par le tribunal correctionnel de Toulouse mais a demandé un nouveau renvoi de son dossier. »

Source : La Dépêche.fr – article écrit le 08 décembre 2016 par Claire Lagadic

Laisser une réponse»


Un père et son fils interpellés par l’antiterrorisme et le RAID à Montluçon

Fabien : 30 novembre 2016 18 h 20 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« Le quartier de Dunlop n’a pas l’habitude d’une telle effervescence. Ce mardi matin, très tôt, des équipes de la Sous-direction antiterroriste et du Raid sont intervenus à Montluçon, dans l’Allier.

 

C’est au moins la deuxième fois que la Sous-direction antiterroriste est dépêchée sur Montluçon (Allier). Tôt ce mardi matin, vers 4 heures, ses équipes sont intervenues avec le Raid pour interpeller deux hommes dans le quartier Dunlop.

D’après plusieurs témoins, cinq véhicules étaient garés dans la rue Geneviève de Gaulle-Anthonioz, dont deux camions posés à chaque bout, pour en bloquer l’accès. Tout s’est passé calmement malgré un dispositif impressionnant déployé par ces policiers encagoulés.

« Des voisins discrets »

Leur intervention était en effet ciblée. Au moins deux hommes ont été interpellés et sont repartis directement avec les policiers : un Montluçonnais de 20 ans et son père, de 73 ans. Dans le quartier, l’un comme l’autre n’ont jamais fait parler d’eux.

Contacté, le parquet de Paris n’a pas souhaité s’exprimer. Pour l’heure, on ignore la raison de l’interpellation de ces deux hommes et ce que les enquêteurs ont saisi chez eux. Une question est toutefois dans tous les esprits : ces faits ont-ils un lien avec Abdel-Malik Nabil Petitjean ?

Ce terroriste, impliqué dans l’assassinat du prêtre de Saint-Étienne-de-Rouvray a en effet vécu à Montluçon et pendant près de trois ans dans ce même quartier Dunlop, dans une rue toute proche. »

 

 

Source : La Montagne.fr – article écrit par Gaëlle Chazal le 30 novembre 2016

Photo © Stéphane Bommert

Laisser une réponse»


Sur le pas de tir avec les hommes du RAID

Fabien : 22 novembre 2016 20 h 47 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID

« L’antenne Raid de Strasbourg rayonne sur le Grand Est et la Franche-Comté. Elle a ouvert ses portes à L’Est Républicain quelques jours avant ses 58e et 59e opérations de l’année… Contre une cellule terroriste.

Journée de routine au Raid. Dans les environs de Strasbourg, l’équipe répète inlassablement ses techniques de pénétration. Dans un décor digne de Tchernobyl, ancien bâtiment militaire bouffé par l’humidité, leur lourd bouclier au bras, pistolet au point, les policiers enfilent un labyrinthe de couloirs et de pièces aux cloisons sans cesse transformées. Ils surgissent dans chaque pièce et recoin qui se présente à eux dans un ballet très élaboré, se couvrant les uns les autres. Chaque scène est ensuite disséquée, commentée… « C’est essentiel, souffle le commandant Freddy. Un bon opérateur du Raid, au-delà de la forme physique, c’est quelqu’un qui a une vision du terrain, une capacité d’initiative, un sens policier… »

« Les vrais anges gardiens du quotidien ce sont les collègues de la police urbaine »

Question de sécurité. « Une fois que la porte s’ouvre, c’est l’inconnu, ajoute Virgil. On ne peut compter que sur les copains. On essaie toujours d’avoir les plans avant d’entrer mais il y a trop de surprises possibles. Même à 6 h du matin, celui qu’on vient chercher peut être debout prêt à riposter. Ces gestes tactiques constamment répétés constituent notre meilleur blindage ! » Les copains sont beaucoup plus que des collègues, une famille idéale dont la cohésion doit être sans faille. « On est dedans ou pas », souligne leur commandant. Le groupe passe avant tout. L’osmose de ses membres doit être parfaite.

Forcené, prise d’otage, assistance de groupes d’enquêtes lors de l’interpellation d’individus potentiellement dangereux, les hommes et femmes du Raid vivent pour l’adrénaline. Ils ne sont pas pour autant des têtes brûlées : « Un opérateur doit posséder un grand équilibre physique et psychologique, on n’accepte pas les chiens fous », souligne le commandant Freddy qui, à corps d’élite, préfère le terme de « service spécialisé. Face à un conflit familial, l’élite c’est police secours pas nous. Les vrais anges gardiens du quotidien ce sont les collègues de la police urbaine, nous, on est le dernier recours. »

La journée se poursuit au stand de tir, sous le regard écarquillé d’un groupe de jeunes CRS en formation. « C’est le meilleur des meilleurs des meilleurs », s’extasie l’un d’eux. Pour autant, Fouilloux, Looping ou Père Noël ne friment pas sur le pas de tir.

title-1479802838554

Chaque séquence est imaginée pour placer l’opérateur en situation de stress, de déséquilibre. En opération, chaque homme aura au minimum une trentaine de kilos sur le dos, plus un casque de 5 kilos, un bouclier de 15 kilos au bras. De quoi arrêter une balle perforante mais pas de remplacer la lucidité de celui qui le porte.

« Le maître mot, c’est le contrôle. Quand on est appelé, un premier groupe de quatre part dans les dix minutes, suivi du reste de l’astreinte dans le délai d’une demi-heure. » Effraction, opérateur, tireur de haute précision, comme un couteau suisse, le bloc du Raid fait alors parler ces mois d’entraînement. « Notre boulot, c’est trouver la solution le plus rapidement possible au problème posé. »

Capitaine Freddy Chef d’antenne du Raid à Strasbourg

Le tir n’est pas tabou, on vit avec l’arme en permanence, mais on ne l’utilise que lorsqu’il n’y a vraiment plus d’autre solution.

10 opérateurs du Raid sont mobilisables à tout moment pour partir en intervention dans le Grand Est (Alsace, Lorraine, Franche-Comté). »


Source : L’Est Républicain – article écrit par Fred Jimenez le 22 novembre 2016
Photos © L’Est Républicain – F. J
Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 4, 531, »
Top