RAID – Vidéos


46 heures que la France n’oubliera pas : Human Bomb, le 14 mai sur C8

Fabien : 12 mai 2018 7 h 07 min : A voir, RAID - Vidéos

« Document à voir le 14 mai prochain en première partie de soirée sur C8 : « 46H que la France n’oubliera pas ».

 

« Le jeudi 13 mai 1993 à 9h30, débute un fait divers unique en son genre. 21 enfants âgés de 3 ans et leur maîtresse sont retenus par un homme qui promet de tout faire exploser si les autorités ne tiennent pas compte de ses exigences.

Dans la petite classe de l’école maternelle Charcot de Neuilly- sur-Seine, le mystérieux H.B. n’a qu’une seule revendication : 100 millions de Francs !

La prise d’otages va durer deux jours et deux nuits, 46 heures que la France n’oubliera pas.

Ce fait divers va marquer les esprits. D’abord en raison de l’émotion qui va gagner tout le pays.

Le retentissement médiatique est immense.

Tous les médias nationaux mais aussi les principaux correspondants étrangers sont là.

Pourquoi s’en prendre à de si jeunes enfants ? Qui est cet homme ? Que se passe-t-il dans la classe ? Comment les parents réagissent-ils ? Et surtout comment dénouer cette crise inédite ?

Le courage de la maîtresse, des médecins du Samu, des pompiers et des forces du RAID  vont aussi profondément marquer l’opinion.

La mort du preneur d’otages lors de l’assaut final fera, pendant plusieurs mois, l’objet d’une polémique : y-a-t-il eu légitime défense ?

On se souvient aussi de l’implication de Nicolas Sarkozy, jeune maire de Neuilly et tout nouveau ministre du budget. Son rôle clé dans la libération de plusieurs enfants est encore dans les mémoires. » 

La narration de ce documentaire de 90 minutes, sans commentaire, repose essentiellement sur les témoignages exclusifs des principaux protagonistes de l’époque : Nicolas Sarkozy, la maîtresse Laurence Dreyfus qui ne s’était pas exprimée depuis 1997 ; la capitaine médecin des sapeurs- pompiers qui n’était jamais revenue sur son rôle crucial dans le dénouement ; des enfants et leurs parents ; ainsi que les hommes du Raid et les autorités judiciaires.

Un documentaire inédit réalisé par Laurent Kouchner (90 minutes) »

 

Source : leblogtvnews.com

Photo @ AFP / Thierry Saliou

Laisser une réponse»


A l’entraînement avec les policiers du RAID de Toulouse

Fabien : 18 février 2018 19 h 09 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID, RAID - Vidéos

« Fusillades, prises d’otages, crises terroristes : ils interviennent sur les opérations les plus dangereuses. France 3 Occitanie a pu suivre exceptionnellement l’entraînement des policiers d’élite de l’antenne toulousaine du RAID. 

 

Depuis novembre 2016, une antenne du RAID s’est installée dans la banlieue de Toulouse.

Une vingtaine de policiers s’y entraînent sans relâche pour faire face aux situations de crise : prises d’otage, fusillades, et désormais terrorisme.

En 2017, le RAID de  Toulouse a effectué à une cinquantaine d’interventions, dont une dizaine liée à l’anti-terrorisme.

Cette unité d’élite mobilisable 24 heures sur 24 devrait bientôt être renforcée.

Une de nos équipes a pu suivre une séance d’entraînement de l’antenne toulousaine du RAID.

 

 

 

 

Source : France3régions – article écrit le 18 février 2018 par V.A

Photo © Frédéric Desse/France 3 Occitanie

Laisser une réponse»


Jean-Michel Fauvergue – On n’est pas couché (21/10/2017)

Fabien : 22 octobre 2017 10 h 46 min : A voir, ACTUALITES, RAID - Vidéos

Laisser une réponse»


Attentat au Bataclan : Le témoignage poignant d’un médecin du Raid, « J’y pense tous les jours »

Fabien : 11 novembre 2016 11 h 30 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID, RAID - Vidéos

« Le 13 novembre 2015, Matthieu Langlois était intervenu lors de l’attaque au Bataclan. Ce médecin du Raid a sauvé de nombreuses vies ce soir-là et a décidé de sortir un livre pour raconter ce qu’il a vécu lors des attentats de Paris. Face aux caméras de LCI, il a accepté de raconter ses souvenirs.

Alors que dans quelques jours les Français vont replonger dans le souvenir du 13 novembre 2015, Matthieu Langlois, un médecin du Raid, a décidé de se confier à nos confrères de LCI. Ce dernier était d’ailleurs invité il y a quelques jours sur le plateau de C à vous pour évoquer la sortie de son livre dans lequel il revient sur l’attentat du Bataclan afin d’apporter des réponses aux familles des victimes : « On a travaillé ça à l’entraînement avec les opérateurs du Raid, c’est ce qu’on appelle ‘le triage’ pour nous. Ça permet d’évacuer le plus vite possible tous les blessés ou toutes les personnes qui seraient valides, capables de sortir par leurs propres moyens, ce qui permet de gagner beaucoup de temps. C’est pour ça que j’ai demandé très rapidement à tous ceux qui pouvaient se lever de nous rejoindre et là malheureusement, il n’y en avait aucun. Tous ceux qui pouvaient se déplacer s’étaient cachés, soit avaient déjà quitté le Bataclan ».

« C’est difficile »

Pour nos confrères de LCI, Matthieu Langlois a accepté de se rendre à nouveau devant le Bataclan et a livré un témoignage poignant : « C’est difficile de revoir la façade sans se souvenir que ce soir-là c’était le chaos total qui régnait. J’y pense tous les jours. Je pense aux victimes et à toutes ces vies brisées. Il y en a des milliers et des milliers ». Alors que son livre est sorti, ce médecin du Raid espère répondre aux questions restées sans réponses des rescapés des attaques terroristes en France. Matthieu Langlois a ainsi pu revoir Jeanne, qui a été coincée pendant 20 minutes dans le Bataclan avant de se faire secourir par Matthieu Langlois : « Il y a deux mots que je vais ressortir du bouquin, c’est humilité, humanité ». »


Source : Nonstop zapping – écrit le 08 novembre 2016

Laisser une réponse»


Bordeaux : un homme retranché chez lui, impressionnante intervention du Raid

Fabien : 20 février 2016 19 h 46 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID, RAID - Vidéos

« Le Raid est descendu en rappel du 4e étage pour maîtriser l’homme, qui menaçait de se suicider.

Un impressionnant dispositif de police a été déployé ce samedi après-midi cours Victor-Hugo, en plein centre-ville de Bordeaux, ce qui a provoqué un attroupement et de nombreuses interrogations de la part des passants et habitants.

A l’origine de cet important déploiement des forces de l’ordre, et en particulier du RAID : un homme qui s’était retranché  dans son appartement au 3eme étage du 65 cours Victor-Hugo. Enfermé depuis le début de l’après midi, il menaçait de se suicider. Il a lancé de nombreux papiers par la fenêtre, tous récupérés par la police.

Intervention du Raid

Vers 16 heures, une dizaine d’hommes du Raid sont finalement entrés dans l’immeuble. Un périmètre de sécurité à été mis en place le temps de l’intervention, ce qui a interrompu la circulation cours Victor-Hugo.

A 16h24, deux policiers du Raid ont fini par descendre en rappel depuis le balcon du 4e étage pour pouvoir rentrer dans l’appartement du forcené et sont parvenus à le maîtriser. Un policier du Raid de 40 ans a été légèrement blessé durant l’opération et a été transporté à l’hôpital Pellegrin. »

Source : Sud Ouest.fr – article écrit le 20 Février 2016 par O. S.-F. , J.-P.T. et SudOuest.fr

Laisser une réponse»


Jean-Louis Fiamenghi, mémoires d’un grand flic

Fabien : 25 janvier 2016 18 h 47 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID, RAID - Vidéos

« Ancien policier sorti du rang, Jean-Louis Fiamenghi a débuté comme comme simple «enquêteur contractuel», en 1972, avant de gravir tous les échelons de la hiérarchie, jusqu’à devenir patron du Raid, chef du Service de Protection des Hautes Personnalités (SPHP) sous Nicolas Sarkozy, puis Préfet de la République. Il publie cette semaine  «Dans le secret de l’action» (ed. Mareuil Editions), le récit de cette carrière hors normes. Il y révèle, entre autres, que lorsqu’il appartenait à l’Antigang, en novembre 1979, il était l’un des cinq policiers se trouvant à bord du camion bâché depuis lequel ils ont fait feu sur Jacques Mesrine, l’ennemi public numéro un. «Fiam» dévoile la photo jamais vue jusqu’ici du fameux camion et de son équipage qui comptait un autre «super flic» devenu ensuite préfet : Christian Lambert.

Le 4 juillet 2003, Fiamenghi, alors numéro deux du Raid, a aussi été l’un des artisans de l’arrestation d’Yvan Colonna, qui sera condamné pour l’assassinat du préfet Erignac. Il raconte les dessous de la traque avec des photos inédites du berger de Cargèse, juste après son interpellation. Depuis 2012, Jean-Louis Fiamenghi a quitté l’administration. Il dirige aujourd’hui la sûreté de Veolia, un groupe du CAC 40  de 175 000 salariés, présent dans une cinquantaine de pays.

 

Retrouvez mercredi notre rendez-vous avec l’ex-patron du RAID dans le numéro 3480 de Paris Match

Interview : François Labrouillère
Vidéo : William Smith »

 

 

 

Source : Paris Match – article écrit le 25 Janvier 2016

Laisser une réponse»


30 ans du RAID

Fabien : 11 octobre 2015 17 h 25 min : A voir, ACTUALITES, En immersion, RAID - Photos, RAID - Vidéos

Le vendredi 09 octobre, le RAID souffle ses trente bougies.

 

Créé en octobre 1985, voulu par le Ministre de l’Intérieur Pierre Joxe, il fallait à la Police Nationale un service capable d’agir sur l’ensemble du  territoire.

Une unité capable d’effectuer des missions de Police Judiciaire (investigation, surveillance et filature) mais aussi des interpellations d’individus dangereux (criminels, terroristes, forcenés), résolution de prise d’otage, protection rapprochée en renfort du SPHP, sécurisation lors de grands événements et formation d’unités étrangères.

 

Fort de plus de 400 missions par an, le RAID, depuis 30 ans,  a perdu trois hommes dans l’exercice de ses fonctions.

Dirigé par des commissaires, composé d’hommes exceptionnels, le RAID a vu au fur et à mesure ses missions évoluées , disparition des missions de PJ et des nouvelles ont vu le jour : la sécurisation des représentations diplomatiques françaises et la protection rapprochée des ambassadeurs dans les pays à risques.

Le service est contraint d’évoluer, tout comme le GIGN. En effet, les attaques terroristes sur le sol français devraient, malheureusement, augmenter et le risque de combattre des terroristes entraînés et prêts à mourir verront le jour.

 

 

 

 

IMGP2148

 

 

IMGP1719

 

IMGP2107

 

 

 

20151009_135632

 

IMGP1712

IMGP1749

IMGP1763

IMGP1782

 

IMGP1783

IMGP1788

IMGP1791

IMGP1816

IMGP1848

IMGP1851

IMGP1852

IMGP1880

IMGP1881

IMGP1883

IMGP1885

IMGP1896

IMGP1897

IMGP1935

IMGP1942

IMGP1945

IMGP2011

IMGP2022

 

IMGP2028

IMGP2040

IMGP2092

 

IMGP2112

IMGP2114

IMGP2116

IMGP2117

IMGP2133

IMGP2137

IMGP2143

IMGP2145

IMGP2148

IMGP2149

IMGP2150

IMGP2154

IMGP2158

IMGP2161

IMGP2167

IMGP2176

 

IMGP2178

IMGP2192

IMGP2195

IMGP2198

IMGP2200

 

 

 

Vidéo © Le Parisien

Photos © FIPN-SDLP.FR

Laisser une réponse»


« Le jour où… » : la création du RAID

Fabien : 1 octobre 2015 16 h 09 min : ACTUALITES, RAID - Vidéos

« Aujourd’hui tout va très vite. Pourtant nous éprouvons plus que jamais le besoin de comprendre le monde dans lequel nous vivons. « Le jour où… » c’est notre manière à nous de nourrir le présent et d’imaginer l’avenir en décryptant le passé. Le RAID fête ses 30 ans, l’occasion de revenir sur l’histoire de la création de cette unité d’élite de la police nationale et sur ses interventions spectaculaires. »

 


 

Source : Le Parisien – article et vidéo du 01 octobre 2015

Laisser une réponse»


Reportage « Les hommes du RAID »

Fabien : 7 septembre 2015 17 h 46 min : A voir, RAID - Vidéos

Laisser une réponse»


Le premier policier à être entré dans l’Hyper Cacher raconte l’assaut

Fabien : 8 juillet 2015 19 h 10 min : ACTUALITES, Coupures de presse – RAID, RAID - Vidéos

« Le 9 janvier dernier, les hommes du Raid lançaient l’assaut contre l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris, dans lequel plusieurs personnes étaient retenues en otages par Amédy Coulibaly. Près de six mois plus tard, le policier du Raid étant entré le premier dans le supermarché a raconté l’assaut sur France 2 mardi soir.

« On sait qu’il y a à l’intérieur une vingtaine d’otages et un homme surarmé, voire deux. On nous dit que ça bouge beaucoup, que ce qui est valable à l’instant ne l’est plus à l’instant d’après », explique-t-il. « J’ai essayé de me poser le moins de questions possibles pour ne pas me perturber. J’essaie de me concentrer sur l’action et je me dis : « il faut y aller, il faut rentrer », poursuit-il. C’est peut-être cru, mais c’est un combat. Quand vous entrez dans ce genre de situations, c’est lui ou vous ».

Avant l’assaut, lui et ses collègues parlent « de tout et de rien. On parlait de sport, de l’affaire. Chacun a ses avis. Mais on ne parle pas de ce qu’on va pouvoir faire à l’intérieur », fait-il savoir. Puis l’ordre d’investir l’Hyper Cacher est donné. Le policier entre le premier. « Il (Amédy Coulibaly, ndlr.) est en face de moi, les armes à la main. Il me laisse à peine le temps de rentrer qu’il me tire dessus, raconte-t-il. Pendant ce temps-là, je fais action de feu. Je vois les otages qui sont sur ma gauche, certains sont à terre, certains sont accroupis, sans être à terre, sans être debout. J’essaie de le neutraliser. Je reçois un impact dans le bouclier et je décide de faire un décalage sur la droite ».

Bloqué par les caisses de l’hypermarché, le policier ne peut plus avancer. « D’un seul coup, je vois Coulibaly qui sort du rayon en tirant vers moi. J’ai vu son regard (…) déterminé. (…) Il me tire dessus, je reçois un projectile, je tombe. En me relevant, très, très vite – je crois que je ne me suis jamais relevé aussi vite – je fais action de feu mais j’ai un incident de tir. Mon arme ne marche plus », mais Amédy Coulibaly, sous le feu des collègues d’Antoine, se dirige vers eux, les armes à la main. Il sera abattu à l’entrée du magasin.

Durant la prise d’otages, Amédy Coulibaly a abattu quatre personnes. La veille, il avait tué une policière à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine. »


 

Source : La Dépêche.fr – article écrit le 08 juillet 2015

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 4, 5 »

Top