Des revendications autour des « gilets jaunes »

Appelés en renfort, les hommes du RAID se sont entretenus avec lui de vive voix, protégés derrière un bouclier balistique.

Au cours de la négociation, l’homme a exhibé un béret rouge de parachutiste et un drapeau tricolore, selon le préfet.

« On s’est retrouvé confronté à un individu qui avait manifestement une expertise en matière d’explosifs », a précisé Bernard Gonzalez, évoquant un homme « déterminé » dont les revendications « assez globales concernaient l’écoute qui doit être accordée aux ‘gilets jaunes’ ».

Après plusieurs heures de négociation avec le RAID, le préfet est allé négocier en personne avec le forcené et a obtenu sa reddition. « Nous avons pu le récupérer sain et sauf », a ajouté Bernard Gonzalez.

L’homme se trouvait dans une station de lavage du centre commercial Espace Anjou, près d’un point de blocage tenu depuis une semaine par les « gilets jaunes ». Ces derniers se sont désolidarisés du forcené. L’enquête judiciaire a été confiée à la police judiciaire d’Angers.

Deux sorties de l’autoroute A87, à proximité du centre commercial, ont été fermées jusqu’à la levée du dispositif. »