Les 40 ans du GIGN

Fabien 24 septembre 2014 0
Les 40 ans du GIGN

« Le GIGN fête ses 40 ans dans sa base, à Satory.

Le groupe d’élite de la gendarmerie a été créé en 1974. Il a mené ses premières opérations dans les Yvelines, où certains de ses hommes ont procédé, hier, à des exercices fictifs spectaculaires.

Tout a commencé le 1er mars 1974. Onze jours plus tard, le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) menait sa première intervention à Ecquevilly avant d’occuper régulièrement le devant de la scène lors de crises spectaculaires en France ou à l’étranger. Hier, le GIGN a fêté son 40e anniversaire à Satory, en présence du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a souligné le rôle essentiel de cette unité d’élite dans la lutte contre le terrorisme.

Pour l’occasion, des membres de cette unité, vêtus de noir et le visage encagoulés, ont offert une série de démonstrations spectaculaires de leur capacité d’intervention : tir couché à balles réelles, attaque suivie d’une évacuation par hélicoptère des hommes et de blessés puis libération d’otages dans un bâtiment occupé par des ennemis supposés.

Des situations auxquelles ils sont confrontés régulièrement et pour lesquelles ils s’entraînent quotidiennement dans le camp de Satory, la base du GIGN en France. C’est là que les 400 membres du groupement, dont 21 femmes, possèdent leur quartier. Ils sont logés à proximité avec leurs familles, soit environ 1 500 personnes installées à Versailles.

L’unité utilise aussi le camp militaire de Frileuse à Beynes, qui lui sert de centre d’instruction et d’entraînement. « C’est très pratique car nous avons beaucoup de place avec des pistes pour les engins et surtout un corps de ferme restauré, où nous pouvons simuler des prises d’otages en tirant à balles réelles », souligne un de ses responsables.

D’autres bâtiments désaffectés dans le département peuvent, le cas échéant, servir de cadre à des exercices. Enfin, le GIGN profite, comme d’autres forces, de la présence des appareils du groupement interarmées des hélicoptères (GIH), stationnés sur la base aérienne de Vélizy-Villacoublay. »

Source : Leparisien.fr – article écrit par Laurent Mauron le 26 juin 2014

Source vidéo : GIGN.ORG

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top