Policiers visés par des tirs à Lyon. Fusillade, enquête, polémique… Ce que l’on sait de l’affaire

Fabien 29 octobre 2021 0
Policiers visés par des tirs à Lyon. Fusillade, enquête, polémique… Ce que l’on sait de l’affaire

« Des policiers de la BAC ont été visés par des tirs, lundi 25 octobre 2021 en fin de journée, dans le quartier de la Duchère, à Lyon. Les unités du RAID  sont intervenues. Aucun agent n’a été blessé.

Des agents d’intervention de la Brigade anticriminalité (BAC) ont été visés à deux reprises par des tirs en rafale, lundi 25 octobre en fin de soirée dans le quartier de la Duchère à Lyon. Aucun blessé n’est à déplorer.

Plusieurs échanges de tirs

Une fusillade est survenue lundi soir dans le quartier de La Duchère (IXe arrondissement) à Lyon.

Le parquet a confirmé que les tirs visaient trois policiers de la BAC qui patrouillaient dans le quartier vers 17 h 30 au cours d’une opération de surveillance « classique d’un point de deal ». Les policiers ont ensuite riposté avant de quitter les lieux.

Après ces premiers échanges de tirs, les unités d’intervention du RAID ont été déployées aux alentour de 19 h autour de deux tours HLM, selon France 3 .

Le quartier a été bouclé et de nouveaux échanges de tirs ont été entendus.

Interrogé sur la riposte par les forces de l’ordre, le maire de Lyon Grégory Doucet a expliqué ne pas pouvoir « donner davantage d’éléments », précise BFM.

Aucun blessé n’est à déplorer et la police n’a, pour l’heure, procédé à aucune interpellation.

Une enquête ouverte

« L’enquête qui va être effectuée permettra d’en savoir plus d’ici quelques jours », a précisé le maire de la ville, présent sur les lieux. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête, confiée à la police judiciaire.

« Mais incontestablement, c’est en lien avec les actions que nous menons pour pilonner les lieux de deal », a confié Grégory Doucet à BFMTV.

« Des tirs faits pour tuer »

Juste après les événements comme au lendemain des faits, les réactions ont été nombreuses.

Le maire écologiste de Lyon a qualifié les faits de « extrêmement graves ».

« Manifestement ces tirs étaient faits pour tuer. Et j’en profite pour adresser tout mon soutien à la police nationale qui est intervenue ce soir et qui a fait preuve de beaucoup de sang-froid et de professionnalisme », a-t-il insisté.

Gérald Darmanin pointe du doigt la vidéosurveillance

Lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Intérieur  Gérald Darmanin a  déploré, ce mardi matin, l’absence de caméras de surveillance dans ce quartier lyonnais, assurant avoir adressé « trois fois » un courrier en ce sens au maire.

Ce dernier a répliqué mardi devant la presse que 60 caméras ​étaient présentes et qu’« à l’exception de certaines poches, ça suffit pour couvrir l’ensemble du territoire ».

« Il n’a pas les bonnes infos le ministre […] sur ce genre d’affaires, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation », a-t-il taclé. Lyon compte actuellement 571 caméras de vidéosurveillance ce qui, selon le maire, en fait « une des villes en France les mieux équipées ».

L’ancien maire de la ville et ancien ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a fustigé sur RTL  la majorité à la tête de la ville.

Selon lui, elle « se refuse à prendre des mesures importantes contre l’insécurité qui se multiplie dans la ville », a-t-il insisté. Avant d’ajouter : « Il y a des problèmes à partir du moment où les délinquants savent qu’ils n’auront pas une répression en face d’eux qui sera sévère. »

Deux candidats LR réagissent

Le candidat à la candidature LR, Éric Ciotti, a de son côté estimé dans un tweet que les échanges de tirs à Lyon n’étaient « pas surprenants mais dramatiques ».

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top