Tireurs : des unités d’élite aux unités spécialisées

Fabien 9 novembre 2012 0

 

Qu’ils soient tireurs d’élite au GIGN ou au RAID, ou tireurs spécialisés dans la protection de hautes personnalités ou de sites sensibles, les missions des tireurs à longue distance sont nombreuses et variées. Tour d’horizon de cette compétence où tout se joue au millimètre et à un souffle…

 

Les tireurs d’élite du GIGN et du RAID

 

Dans son approche du tir à longue distance, le groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) compte trois niveaux. En premier lieu, les cent vingt membres de la force d’intervention sont formés au tir de « neutralisation ». Réalisé sur des distances allant jusqu’à 600 mètres, ce mode est effectué dans un environnement opérationnel, de jour comme de nuit. Chaque homme possède son fusil personnalisé, un Accuracy-7-62, qu’il reçoit lors d’une cérémonie officielle au cours de sa formation.

Les tireurs interviennent dès lors que le GIGN s’engage sur des opérations qui nécessitent un appui feu et sont interchangeables en mission. Ce sont des opérationnels à part entière, explique Romain C., chef d’escadron de la force d’appui opérationnel. Cette polyvalence permet un tir coordonné de plusieurs tireurs en cas de multiplicité des cibles.

Parmi ces effectifs, vingt-cinq gendarmes sont formés en interne à des distances plus importantes, atteignant 1 200 mètres. Ils utilisent alors un fusil Accuracy-338-LM qui leur permet de s’affranchir de certains écrans, telle une vitre blindée. « Au même titre que les plongeurs ou les chuteurs, les tireurs d’élite forment une spécialité de l’unité qui dope nos capacités opérationnelles », poursuit le chef d’escadron.

Enfin, seize hommes sont spécialisés dans la pratique du fusil PGM-12-7, permettant des tirs de perforation jusqu’à 1 800 mètres. Ils interviennent sur des opérations spécifiques, type contre-terrorisme aérien, pour traverser des surfaces à la dureté particulière, comme de l’acier blindé ou une vitre pare-balles. « Cette organisation particulière et le choix de ce matériel sont le fruit d’une longue expérience. Les tireurs du GIGN ont permis de remporter la décision lors de prises d’otages majeures comme à Djibouti en 1976 ou Marignane en 1994 »

Les hommes des quatre groupes d’intervention du RAID, quant à eux, reçoivent une formation dispensée par le centre national de tir (CNT), pour des distances allant jusqu’à 400 mètres.

Vingt-sept d’entre eux sont spécialisés dans le domaine et composent la cellule Omega de tireurs d’élite. Ils effectuent des stages complémentaires en partenariat avec des unités du commandement des opérations spéciales de l’armée. Ils peuvent intervenir avec deux types d’armes, le choix dépendant du contexte de la situation.

Dans le cas d’un appui feu, ils utilisent le HK 417, qui offre une certaine cadence de tir et une puissance de feu significative permettant au groupe d’assaut d’intervenir avec plus de sécurité. Lors de missions nécessitant des tirs de précision, les policiers du RAID utilisent un fusil Ultima-ratio PGM, calibre 762×51, à vision optique, permettant des tirs, de jour comme de nuit, à des distances allant jusqu’à 1 000 mètres. Chaque tireur possède son armement individualisé (fusil et lunette à visée optique).

Au-delà de 1 000 mètres, les « snipers » du RAID utilisent un fusil Hecate 2 PGM, calibre 12,7×99, pour effectuer des tirs anti-matériel ou de destruction.

Sur une opération, notre dispositif de base comprend cinq tireurs, précise Martin S., responsable du groupe Omega. Nous positionnons généralement autour d’un bâtiment un homme par ouverture, un responsable pour coordonner l’équipe et préparer un éventuel tir simultané. De par notre zone territoriale de compétence, essentiellement urbaine, nous nous plaçons la plupart du temps à des distances de 50 à 200 mètres.
Selon l’intensité de la crise, nous pouvons faire monter en puissance le nombre de tireurs. Notre champ d’intervention va de la prise d’otage au forcené isolé jusqu’aux nouvelles formes de terrorisme comme les prises d’otage de masse ou les attentats multiples type Bombay.

 

Les unités spécialisées

Outre le RAID et le GIGN, plusieurs unités de police et de gendarmerie comptent dans leurs rangs des tireurs à longue distance. Leurs dénominations sont multiples :

  • Le tireur de précision (TP) assure essentiellement des missions de protection en effectuant une surveillance sur des points hauts. Il est présent dans les unités de police : compagnies de CRS, service de protection des hautes personnalités (SPHP), groupe de sécurité du président de la République (GSPR).
  • Le tireur de haute précision (THP) est présent dans les groupes d’intervention chargés de résoudre des situations de crise. Cette catégorie nécessite une plus grande technicité que pour la précédente. On trouve des THP au sein des trois forces qui composent la FIPN : BRI-BAC de la préfecture de police, RAID et groupes d’intervention de la Police nationale (GIPN).
  • L’observateur-tireur (OT) a un rôle identique à celui du tireur de précision, cette dénomination se retrouvant dans la gendarmerie : escadrons mobiles, pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG), qui assurent la protection des dix-neuf centrales nucléaires de production électrique sur le territoire.
  • L’observateur contre-tireur (OCT) se retrouve au sein de la Garde républicaine et de la gendarmerie des transports aériens (GTA). Ces tireurs assurent la protection des hautes personnalités, du président de la République, dans les palais nationaux, dans les aéroports et dans les lieux où les personnalités se déplacent. Le rôle de l’OCT est de parer à d’éventuelles attaques ou incidents lors de la présence de l’autorité, et d’être prêt à réaliser un contre-tir sur un sniper isolé si la menace est avérée.

 

La formation

Tous les tireurs de précision ou de haute précision de la Police nationale sont formés au CNT de Montlignon, souligne Romain P., commissaire principal, chef de la division des techniques et de la sécurité en intervention à la DRCPN. Ils reçoivent ainsi la même formation, selon un même protocole, avec un même cadre légal mais une doctrine d’emploi propre à chaque service. Les applications de ces formations se déclinent ensuite selon les missions des différentes unités.

 

Ce sont les animateurs en activités physiques et professionnelles (APP) de la DRCPN qui dirigent ces stages de formation. Le premier stage de tir de haute précision dans le cadre de la formation initiale de la force d’intervention de la Police nationale (FIPN) a accueilli en novembre dernier douze policiers issus des GIPN, de la BRI-BAC et du RAID.

Chez les CRS, par exemple, il existe trois niveaux spécifiques au tir à longue distance. Le tireur SPI (section de protection et d’intervention), qui suit une formation de quinze jours, doit mettre en oeuvre une riposte proportionnée si une unité CRS fait l’objet d’une attaque par arme à feu. Lors de ce stage SPI, les meilleurs éléments sont repérés pour participer à la formation supérieure, le tireur Tikka, qui sera placé sur des points hauts en renfort des unités CRS au sol pour la protection de personnalités. Enfin, le tireur Tikka niveau II peut renforcer les équipes du RAID si le besoin se fait sentir. Il devra suivre une formation supplémentaire auprès des tireurs et des formateurs du RAID.

Du côté de la Gendarmerie nationale, les tireurs des pelotons d’intervention de la gendarmerie (PI2G), des pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et des pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG) sont formés par les spécialistes du GIGN. Tous les autres tireurs appartenant à des unités conventionnelles (Garde républicaine, brigades de gendarmerie des transports aériens…) sont formés au centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier.

 

Les qualités du tireur

La mission requiert avant tout de la patience – le tireur peut demeurer un temps très long en position statique –, une condition physique parfaite, une bonne acuité visuelle, une maîtrise du stress et une forte capacité de concentration – le tireur doit à la fois être fixé sur sa cible, intégrer les informations transmises sur la situation globale et être en mesure de remplir sa mission d’observation en donnant un maximum d’informations sur la situation qu’il observe. Enfin,le policier ou le gendarme doit faire preuve de discernement et être capable de prendre une décision dans l’urgence. Généralement, les futurs tireurs sont repérés au sein même de leur unité lors d’entraînements ou de formations spécifiques.

Le matériel

L’équipement du tireur se compose de plusieurs éléments : l’arme en elle-même, les munitions, la lunette de visée et le bipied, indispensable pour des tirs à distance.
L’arme diffère selon les unités et leurs missions. L’arme la plus répandue dans les unités du ministère est la Tikka. Légère (1,5 kg), cette arme permet de réaliser des tirs précis jusqu’à 400 mètres. Elle est utilisée par les CRS, la Garde républicaine, la FIPN, la BGTA, les GSPR, les PSIG et les PSPG. Élément indissociable de l’arme, la lunette de visée est un véritable instrument de mesure et de calcul de distance, permettant d’effectuer des corrections de tir en prenant en compte et en analysant les conditions du moment.
Les tireurs peuvent éventuellement se servir d’autres appareils : télémètre, anémomètre ou encore nanomètre.

 

La technique

Pour qu’un tireur parvienne à une efficacité optimale, il lui faut avant tout maîtriser parfaitement ses instruments. Ainsi, il doit démultiplier les entraînements et les mises en situation dans des conditions variées pour se créer son propre carnet de tir et acquérir une connaissance parfaite des réglages de son arme et de sa lunette. En effet, de très nombreux paramètres extérieurs entrent en compte pour eff ectuer un tir de précision : l’angle et la force du vent, la température extérieure, la pression atmosphérique, l’humidité, la vision de la cible, la position du soleil, l’hygrométrie, le pourcentage d’inclinaison entre le tireur et son objectif, le fait de traverser ou non une vitre…
« Chaque tireur possède sa table de références selon ses caractéristiques propres, confirme Martin S. du RAID. Grâce à l’entraînement et à la répétition des gestes, il saura qu’à une distance donnée il doit effectuer telle ou telle correction. Calculs et réglages doivent devenir des automatismes de travail, pour ne pas interférer sur la concentration du tireur le jour de l’intervention. »

Un bon point haut

Dans la plupart des unités, les groupes de tireurs sont organisés en binôme, avec un tireur et un observateur. Il est donc indispensable de dénicher un point haut idéal, à la fois pour obtenir des informations sur la situation pour l’observateur et pour offrir un angle de tir adéquat au tireur. « Quatre ou cinq heures avant l’arrivée du cortège, on s’assure que le point où nous sommes positionnés permet de détecter la présence éventuelle d’une menace, explique Maxence L., membre de la cellule des OCT de la Garde républicaine. Un bon point haut offre une vue panoramique sur une situation. Nous cherchons à être le plus discret possible pour pouvoir observer tout ce qui passe dans l’environnement de la personnalité à protéger. »

 

 

Source : http://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/ – Photos © Ministère de l’Intérieur (avril 2011)

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top