Immersion au coeur du RAID, unité d’élite de la police à Nancy

Fabien 5 septembre 2018 0
Immersion au coeur du RAID, unité d’élite de la police à Nancy

« Nous avons pu suivre un entrainement du RAID, cette unité d’élite de la police qui intervient dans les situations d’urgence type prise d’otage ou attaque terroriste. Depuis 2 ans, elle a une antenne à Champigneulles près de Nancy.

 

Le scénario du jour : un homme seul, retranché chez lui, peut-être armé. Le capitaine du RAID (Acronyme de Recherche, assistance, intervention, dissuasion) briefe le médecin de l’équipe.

C’est lui qui va jouer le rôle du forcené. « Comme facteur déclenchant, on va imaginer une rupture conjugale, c’est souvent ce qui fait passer à l’acte, explique le chef de l’antenne nancéienne.

On ne sait pas s’il est seul en revanche on sait qu’il a un couteau« , complète t-il.

Caché derrière des panneaux en bois, le médecin joue le jeu. Les policiers, protégés par un lourd bouclier Ramsès, tentent d’établir le contact.

« Qu’est ce qui s’est passé? Racontez-nous! » Virgile mène la négociation.

Lourdement équipé – gilet pare-balles, casque, pistolet Glock, couteau – le jeune homme cagoulé s’adresse directement à l’homme retranché.

« On essaie de trouver une façon empathique pour éclaircir une situation qui est compliquée, résume le policier. On va tenter de créer un lien avec cette personne-là. »

Mission accomplie ce jour là. Le faux forcené accepte de se rendre.

 

 

Dernier recours

L’équipe nancéienne, née il y a 2 ans, compte une vingtaine d’hommes . Des policiers d’élite et des médecins urgentistes sélectionnés sur concours, qui s’entraînent en situation réelle une fois par semaine.

Ils peuvent être appelés à tout moment pour assister d’autres services dans le cas d’une prise d’otage par exemple ou d’une attaque terroriste.

L’antenne de Champigneulles intervient une quarantaine de fois par an, principalement en Lorraine et en Haute-Marne.

Elle peut être amenée, en cas de besoin, à intervenir sur tout le territoire.

Cet été, les « hommes en noir » ont été confrontés à plusieurs cas de personnes retranchées. « On n’est pas sur des gens qui sont foncièrement mauvais, c’est plus de la détresse humaine, analyse le capitaine.

Une personne alcoolique ou sous antidépresseur qui pète les plombs comme on dit et qui passe à l’acte.« 

Formés à la négociation, à l’effraction, au tir, aux sports de combat, les hommes du RAID disposent également d’un matériel dernier cri.

 

« On fait le métier dont on rêvait »

Pour ces policiers passionnés, porter l’écusson du RAID est un véritable aboutissement. « Je suis rentré dans la police avec l’idée d’aller au RAID, raconte le capitaine, ancien membre de la brigade des Stups à Paris. Ça colle assez bien avec l’image que je me faisais d’un groupe d’intervention, c’est à dire être disponible à tout moment mais aussi partager une vie de groupe, des moments de convivialité, une petite famille en fait ». Avant d’ajouter dans un sourire : « on fait juste le métier dont on rêvait« .

Un rêve qui a un prix : celui de l’anonymat.  « Quand on décide d’entrer au RAID, on ne cherche pas la gloire personnelle, on a la reconnaissance du groupe, on a la reconnaissance des gens pour qui on vient en assistance, par exemple les collègues de la sécurité publique, quand ils sont débordés et qu’ils n’arrivent pas à gérer une crise, on vient, explique le chef du RAID. « Même si aux yeux du public on a tous une cagoule et qu’on n’est pas reconnaissable, nous ce qu’on recherche c’est servir sans faillir ». C’est d’ailleurs la devise des « hommes en noir ». »

 

 

Source : francebleu.fr – article écrit le 05 septembre 2018 par Angélique Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Photos © Radio france – Angélique Demuynck

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.

Top