Au lendemain de la terrible nuit d’émeutes qui ont frappé la métropole lilloise, les forces de l’ordre se sont déployées massivement ce jeudi soir, notamment au rond-point de la Porte des Postes et boulevard Montebello à Lille.

Depuis 19h, ce  jeudi, et alors que l’annonce d’un rassemblement circulait sur les réseaux toute la journée, un impressionnant déploiement de forces de l’ordre s’est opéré sur le rond-point des Postes à Lille.

Un hélicoptère de la gendarmerie, le RAID (plusieurs hommes, un blindé, un quad), les forces de polices « classiques » (Bac, la canine), les CRS… sans oublier l’installation d’un canon à eau, déjà utilisé ici pour repousser des manifestants, au moment des cortèges anti-réforme des retraites.

Rarement les Lillois ont pu assister à la mise en place simultanée d’un tel dispositif. « On dirait l’Ukriane ! », « C’est l’Irak…. », entend-t-on dans la foule.

Foule car en effet, énormément de monde s’est rassemblé là ce jeudi soir, une majorité de jeunes. Ils observent le ballet des forces de l’ordre.

L’ambiance est particulière, sans grande tension, jusqu’à ce que le RAID procède à l’interpellation musclée d’au moins quatre personnes.

L’opération s’est déroulée alors que des jeunes gens (notre photo) étaient repoussés par les forces de l’ordre sur le pont enjambant le périph, en direction du centre commercial Lillenium à Lille-Sud.

La circulation des voitures sur les boulevards lillois ou sur l’A25 n’a, étonnamment, pas été interrompue. Seul les transports en commun (bus et tram) sont à l’arrêt depuis 20 heures.

Vers 21 heures, la tension monte d’un cran encore, et se déporte du côté du boulevard Montebello. Premier véritable face-à-face entre des manifestants et des policiers.

Tirs de mortiers contre gaz lacrymogène. À 21h30, une voiture est incendiée et la façade du supermarché Match est prise d’assaut par les manifestants.

Le RAID intervient et la foule court. Une situation apocalyptique, dans une ambiance très singulière, presque inédite.

Un homme est blessé à la tête. Le RAID interpelle de nouveau trois jeunes individus, sous les huées des personnes encore présentes.

Vers 22 heures, la tension est retombée étrangement. Les manifestants se sont dispersés vers Wazemmes et Lille-Sud. Les forces de l’ordre, elles, ont repris leur place à Porte des Postes.


Rassemblement interdit par la préfecture

Un peu plus tôt en fin d’après-midi, la préfecture a diffusé un communiqué interdisant tout rassemblement à la Porte des Postes. Des violences sont redoutées dans la nuit.

Il faut dire que les heurts qui ont éclaté dans la nuit de mercredi à jeudi en Île-de-France et dans des villes de province, dont Lille, Roubaix, Tourcoing et Valenciennes, ont été très importants.

La mairie de Mons-en-Baroeul a été incendiée, les vidéos sont impressionnantes.

Les incidents surviennent après le décès de Nahel, 17 ans, mardi, tué par un tir de police à bout portant, après un refus d’obtempérer.

Les conditions de l’usage de l’arme par le policier n’étaient « pas réunies », selon le procureur de Nanterre. Le policier a été mis en examen pour « homicide volontaire » ce jeudi et placé en détention provisoire.”

Source : Lavoixdunord – article écrit le 29 juin 2023 par ST. F et A. MU

Photos © Pascal Bonnière

Author

admin@fipn-sdlp.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!