Un homme a grimpé en haut d’une grue de chantier, lundi 23 janvier au matin dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon (Vendée) pour en redescendre en début de soirée. Il conteste une décision de justice dont il fait l’objet.

Il aura passé près de 12 heures à 40 mètres de haut. Peu avant 8 heures du matin, ce lundi 23 janvier, les pompiers ont été appelés pour porter secours à un homme retranché en haut d’une grue de chantier, rue du maréchal Foch, dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon (Vendée).

Il en est finalement redescendu peu avant 19h30, de lui-même, sain et sauf. Il a été pris en charge par les pompiers et transporté au centre hospitalier départemental de La Roche-sur-Yon.

L’homme est un ancien militaire proche de la quarantaine d’années.

Il menaçait de se jeter dans le vide. Il a expliqué aux policiers vouloir faire valoir ses droits, alors qu’il a des démêlés avec la justice.

Des négociations avec le RAID, une unité d’élite de la police nationale, ont été engagées à partir de 11 h 30, rapporte la police.

« Il clame son innocence, […] il est prêt à tout »

Après être monté en deux fois au sommet de la grue, l’homme a pu engager une discussion, via téléphone et sur place avec les pompiers. Si le contact a été établi, l’homme refusait néanmoins de descendre. Il était d’ailleurs muni de couvertures pour se prémunir du froid mordant ce lundi matin.

Une femme, qui se présente comme une amie du forcené, a détaillé à notre journaliste : « il est arrivé depuis 6 h, on discute par messages vocaux, il n’a pas de nourriture, pas d’eau, juste de quoi se couvrir. Il veut que justice soit faite, il clame son innocence. Il ira jusqu’au bout s’il le faut, il est prêt à tout. »

Selon notre journaliste présent sur place, une équipe spécialisée de sapeurs-pompiers du groupement d’intervention en milieux périlleux (GRIMP) est arrivée depuis Nantes en milieu de matinée, avec des moyens de cordage plus importants.

Dans la matinée, les pompiers indiquaient « avoir sécurisé la zone en bas et pris contact avec la victime ». Deux pompiers sont d’ailleurs montés avec l’échelle de la grue pour rejoindre l’homme et restent là haut en permanence.

« Un équipage de secouriste est également posté à l’intérieur du bâtiment », détaille le capitaine Sylvain Vameck.

Le chantier reprend

En dessous de la grue, le chantier a quant à lui repris son cours et la circulation, un temps bloquée rue Foch, est également rouverte.

Les lignes de bus peuvent à nouveau emprunter cet axe, mais sans desservir l’arrêt situé à proximité du chantier. Un peu plus loin, sur la place Napoléon, de nombreux curieux s’arrêtent et interrogent les forces de l’ordre.”

Source : Ouest-france.fr – article écrit le janvier par Sacha Martinez, Thomas Savage et Matthieu Gruel.

Author

admin@fipn-sdlp.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!